• Vous n'êtes pas n'importe qui!



    Vous n'êtes pas n'importe qui!


    Dans une école de la ville de New York,
    un professeur décida de rendre hommage à ses 
    élèves finissants du cours secondaire en soulignant
     l'importanceque chacun d'eux avait à ses yeux.

    Suivant un rituel mis au point par Helice Bridges,
    de Del Mar en Californie, elle les faisait venir à
    l'avant de la classe, un seul élève à la fois. D'abord
    elle expliquait ce que l'élève lui avait apporté à elle,
    puis ce qu'il ou elle avait apporté à la classe. 
    Ensuite,elle lui remettait un ruban bleu sur lequel
     était imprimée la phrase suivant, en lettres dorées:
    "Je ne suis pas n'importe qui."

    Par la suite, le professeur décida d'en faire un 
    travail collectif pour voir s'il était possible de 
    reproduire lemême effet sur une plus grande 
    échelle. Elle donnatrois rubans à chaque élève
    avec pour instructions d'allerdans la communauté
    et d'y perpétuer cette cérémonie de reconnaissance. 
    Puis l'élève devait s'informer des résultats, 
    à savoir qui avait reconnue l'importance de qui,
    et de présenter un rapport devant la classe la
    semaine suivante.

    Un des élèves de la classe décida de rendre hommage
     au jeune cadre d'une compagnie voisine qui l'avait aidé
    dans sa planification de carrière. Il lui donna un ruban
    bleu et l'épingla sur sa chemise. Puis il lui donna deux
    autres rubans en disant: "Nous faisons un travail de
    classe sur la reconnaissance. Nous aimerions que tu
    remettes un ruban bleu à quelqu'un en témoignage de
    ta reconnaissance et puis, pour que cette cérémonie ne
    s'arrête pas là, que tu lui donnes cet autre ruban afin
    qu'à son tour il puisse rendre hommage à une troisième
    personne. Ensuite, s'il te plaît, reviens me voir et
    dis-moi ce qui s'est passé."

    Plus tard ce jour-là le jeune cadre alla voir son patron,
    qui était reconnu, soit dit en passant, pour son mauvais
    caractère. Il le pria de s'asseoir et lui dit qu'il admirait
    grandement son génie créatif. Le patron sembla 
    extrêmement surpris. Le jeune cadre lui demanda
     s'il voulait bien accepter ce ruban bleu en guise de 
    présent et s'il lui donnait la permission de l'épingler 
    sur lui. Étonné,son patron répondit: "Oui, bien sûr."

    Le jeune cadre prit le ruban et l'épingla sur la veste
    de son patron juste au-dessus du coeur. En lui donnant
    l'autre ruban, il ajouta: "Voudriez-vous me rendre
    un service? Pourriez-vous prendre ce deuxième ruban
    et le remettre à quelqu'un d'autre pour lui rendre
    hommage? Le jeune garçon qui m'a donné ce ruban
    l'a fait dans le cadre d'un travail de classe et nous
    aimerions que cette cérémonie se perpétue et savoir
    comment elle affecte les gens."

    Ce soir là, le patron alla trouver son garçon de 14 ans
    et le fit asseoir. "Une chose incroyable m'est arrivée
    aujourd'hui, dit-il. Un des jeunes cadres de la
    compagnie est entré dans mon bureau et m'a dit qu'il
    m'admirait parce que j'avais du génie. Tu imagines!
    Il pense que j'ai du génie! Puis il a épinglé ce ruban où
    on lit: "Je ne suis pas n'importe qui" sur ma veste,
    juste au-dessus du coeur. Il m'a donné un autre ruban
    et m'a demandé de trouver quelqu'un à qui rendre hommage.

    En revenant à la maison ce soir, je me demandais 
    à quelle personne je choisirais de remettre ce 
    ruban et j'ai pensé à toi. Je veux te rendre hommage. 
    J'ai des journées impossibles et quand j'arrive à la 
    maison je ne m'occupe pas beaucoup de toi. 
    Quelquefois je te dispute parce quetes notes ne
    sont pas assez bonnes ou parce que ta chambre 
    est en désordre, mais ce soir, eh bien, je veux
    juste m'asseoir avec toi et te faire savoir que tu es
    quelqu'un d'important pour moi. À part ta mère, tu
    es la personne la plus importante dans ma vie. 
    Tu es un garçon fantastique et je t'aime!

    Le garçon étonné se mit à pleurer et à sangloter et il
    ne pouvait pas retenir ses larmes. 
    Tout son corps tremblait.Il leva les yeux vers son père 
     et dit entre deux sanglots:
    "J'avais prévu me suicider demain, Papa, parce que je
    pensais que tu ne m'aimais pas.
    Maintenant, je n'ai plus besoin de le faire."


    Source Chez serenite

     

    « Harfang des neigesÉnigmes »

  • Commentaires

    9
    Mardi 15 Janvier 2008 à 19:58
    Je cherchais un endroit pour te remercier de ta présence dans la bibliothèque...





    Ce sera ici
    8
    Jeudi 10 Janvier 2008 à 01:09
    Oui, on ne pense pas suffisamment à le dire. Sumi l'exprime  très bien, "juste quelques mots d'amour"...
    Gros bisous, Nadia 
    7
    Jeudi 10 Janvier 2008 à 00:00
    Me revoilou ! Bon je n'ai pas tout lu, je reviendrai ce soir je suis épuisée... Bonne continuation et à demain si tout va bien.... pffffff  Quand tu as 30" tu vas voir mon article sur tout ce qui m'est arrivé aujourd'hui avec OB... pas rire !
    6
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 22:27
    Comme quoi parfois, un petit rien peut prendre une ampleur considérable dans un sens comme dans l'autre !
    Bisous et amitiés Nadia !
    5
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 22:07
    On ne dit pas assez je t'aime ... pensée amicale, Nadia
    4
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 19:11
    C'est une belle histoire et une magnifique leçon de vie. Merci Nadia. Gros bisous. Babou xxxxxxxx
    3
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 12:24

    Un beau récit Nadia.. comme quoi il faut toujours regarder ce qu'il y a de bon en chacun et chaque personne est unique et surtout le dire.. merci Nadia

    Une belle journée avec de gros bisous

    chantal

    2
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 09:29
    il y a 6 milliards de personnes importantes sur terre de diverses manieres !! il suffit d'etre du bon coté de la barriere , soit du bien ou du mal c'est l'éternel probleme et la bataille infini !!!!
    les paroles sont plus fortes que les armes , il suffit de les comprendre 
    @ ° Pat
    1
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 07:51
    juste quelques mots d'amour @+
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :