• Le Pic mineur


    Cet oiseau :

    niche dans un trou pratiqué dans un arbre par les adultes

    a une longue langue munie de poils et une salive visqueuse et gluante qui l’aident à attraper les insectes

    vit toute l’année presque partout en Amérique du Nord
    est le pic le plus commun dans l’Est de l’Amérique du Nord



    Photo : Gordon Court

    Description

    Sur les 198 espèces de pics dans le monde, 13 vivent au Canada. La plus petite et, peut-être, la plus connue des espèces du Canada est le Pic mineur (Picoides pubescens). Il s’agit également du pic le plus commun dans l’Est de l’Amérique du Nord.

    Le Pic mineur est noir et blanc et a une large bande blanche au milieu du dos, qui s’étend des épaules jusqu’au croupion. Des carreaux noirs et blancs se dessinent sous les ailes; la poitrine et les flancs sont blancs. La couronne est noire; les joues et le cou sont marqués de lignes noires et blanches. Le Pic mineur mâle a peu près la même taille que la femelle, sa masse variant entre 21 et 28 g. Le mâle a une petite tache écarlate, comme un pompon rouge, à l’arrière de la couronne.

    Le Pic mineur ressemble beaucoup au Pic chevelu (Picoides villosus), qui est plus gros, mais ces deux oiseaux possèdent quelques caractéristiques différentes. Les rectrices externes du Pic mineur sont striées de noir, tandis que celles du Pic chevelu sont toutes blanches. Du bout du bec au bout de la queue, le Pic mineur mesure de 15 à 18 cm, soit environ 6 cm de moins que le Pic chevelu. Son bec est plus court que sa tête, tandis que celui du Pic chevelu est aussi long, sinon plus. Chez le Pic mineur, les plumes soyeuses de la bande blanche du bas du dos se distinguent de celles du Pic chevelu, qui ressemblent davantage à des cheveux.

    Les pics ont en commun plusieurs caractéristiques qui les distinguent des autres familles d’oiseaux. La plupart des particularités de leur anatomie sont reliées à leur capacité de percer des trous dans le bois. Le bec, droit et en forme de ciseau, est constitué d’un os massif recouvert d’une pellicule dure et assez large au niveau des narines pour répartir la force des coups donnés par l’oiseau. Les narines sont recouvertes de plumes pour empêcher les copeaux et la poudre de bois d’y pénétrer. Les os du bassin sont larges, de sorte que les muscles qui s’y attachent peuvent mouvoir et raidir la queue, ce qui est très important pour grimper.

    Les pics ont une autre particularité anatomique, soit une longue langue munie de poils qui leur permet d’aller chercher la nourriture dans les crevasses et les fentes. Les glandes salivaires sécrètent une substance visqueuse et gluante qui recouvre la langue et en fait, avec les poils, un outil efficace pour capturer les insectes.

    Signes et sons

    Dès février ou mars, un couple de Pics mineurs signale qu’il a pris possession de son territoire de nidification en le parcourant en tous sens et en tambourinant du bec sur des branches sèches ou d’autres objets sonores éparpillés çà et là. Ce tambourinage sert de moyen de communication entre les membres du couple. Le répertoire des cris des Pics mineurs est varié. Ils lancent souvent un tique-tchique-tchérique et, durant la saison de reproduction, ils y ajoutent un cri aigu plaintif.

    Les nouveau-nés lancent un pépiement doux et rythmique qui semble exprimer leur contentement. Lorsqu’un parent entre dans le nid, les jeunes poussent un cri grinçant et suppliant, qui devient plus fort et plus long à mesure que les oisillons grandissent.

    Habitat et habitudes

    Source et suite:     http://www.ffdp.ca/hww2_f.asp?id=39

    Le Pic mineurconsulté le [16 juin 2008], © Faune et flore du pays (www.ffdp.ca). Utilisé avec permission. 





    12 commentaires





  • J'ai pensé vous montrer cette annonce qui m'a bien fait rire.



    Vendetta1-
    envoyé par nadia-vraie

    28 commentaires






  • Quelques photos de la fin de semaine




    Merle d'Amérique(il est loin)



    La campagne


    Petit village pris au loin(ste-Françoise)


    Coucher de soleil





    La semaine dernière,les oies des neiges près de la marée basse,
    ça paraît proche mais c'est très loin.


    24 commentaires



  • Article paru au mois d'août 2007.

    Pour ceux et celles qui ne l'ont pas vu.

    Cliquer sur le lien.

    Une perruche sous la douche


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique