• Les Oreilles du Lièvre. (Fable De La Fontaine)

     

    Jean de La Fontaine  Fables

    Livre V

    Fable 4.

    Les Oreilles du lièvre

     


    Les Oreilles du Lièvre.

    Un animal cornu bleſſa de quelques coups

    Le Lion, qui plein de couroux,
    Pour ne plus tomber en la peine,
    Bannit des lieux de ſon domaine
    Toute beſte portant des cornes à ſon front.

     

    Chevres, Beliers, Taureaux auſſi-toſt délogerent,
    Daims, & Cerfs de climat changerent ;
    Chacun à s’en aller fut prompt.
    Un Lievre appercevant l’ombre de ſes oreilles,
    Craignit que quelque Inquiſiteur
    N’allaſt interpreter à cornes leur longueur :
    Ne les ſoûtinſt en tout à des cornes pareilles.
    Adieu voiſin Grillon, dit-il, je pars d’icy ;
    Mes oreilles enfin ſeroient cornes auſſi ;
    Et quand je les aurois plus courtes qu’une Autruche,
    Je craindrois meſme encor. Le Grillon repartit :
    Cornes cela ? vous me prenez pour cruche ;
    Ce ſont oreilles que Dieu fit.

     

    On les fera paſſer pour cornes,
    Dit l’animal craintif, & cornes de Licornes.
    J’auray beau proteſter ; mon dire & mes raiſons
    Iront aux petites Maiſons.

     
     
    [139]
    [138]
    [137]
    [136]
    [135]
    [1

     

      JEAN DE LA FONTAINE

    Les oreilles du Lièvre

     

    Livre V, fable 4

    Un animal cornu blessa de quelques coups (1)
                Le lion, qui plein de courroux,
                Pour ne plus tomber en la peine,
                Bannit des lieux de son domaine (2)
    Toute bête portant des cornes à son front.
    Chèvres, Béliers, Taureaux aussitôt délogèrent,
                Daims et Cerfs de climat changèrent (3) ;
                Chacun à s'en aller fut prompt.
    Un lièvre, apercevant l'ombre de ses oreilles,
                Craignit que quelque Inquisiteur (4)
    N'allât interpréter à cornes leur longueur,
    Ne les soutînt en tout à des cornes pareilles.
    Adieu, voisin grillon, dit-il, je pars d'ici.
    Mes oreilles enfin seraient cornes aussi ;
    Et quand je les aurais plus courtes qu'une Autruche,
    Je craindrais même encor. Le Grillon repartit :        Cornes cela ? Vous me prenez pour cruche ;
                Ce sont oreilles que Dieu fit (5).
                On les fera passer pour cornes,
    Dit l'animal craintif, et cornes de Licornes.
    J'aurai beau protester ;  mon dire et mes raisons  ;;Iront aux Petites-Maisons (6 

     Source: http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/chatrans.htm

    ===================

     

     Le Berger et la mer. (Fable de La Fontaine)

     

    retourr à l'accueil

     

    « Mots jumeaux, module I. (Apprendre en s'amusant)Une lettre, trois mots en photos. Cette semaine la lettre M. (Le petit bac en photo chez Thalie) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    6
    Jeudi 14 Mai 2015 à 17:31

    encore une de plus de découverte

    5
    Mercredi 13 Mai 2015 à 16:30

    bonsoir nadia,

    ah je ne la connaissais pas celle la ! passe une bonne soirée, bises, véronique

    4
    Mercredi 13 Mai 2015 à 14:39
    Ps ,parfois ma tablette fait des siennes ,mais je ne le constate qu'une fois le com édité. .
    Désolée biz
    3
    Mercredi 13 Mai 2015 à 14:37
    Coucou Nadia ,ça fait plaisir de la relire ,merci à toile thème du " caprice " Pays Bassin Méditerranéen, c’est à dire qu'avec les lettres de ton pseudo tu dois trouver ,pays ,ville ,village ,plage ,us et coutumes en accord avec se pays ,tu peux même mettre ,recette,vignobles, tu as le choix ,je serai heureuse de te lire .
    Bon long weekend ,tis bos Nadia
    2
    Mercredi 13 Mai 2015 à 10:20

    Bonne journée bisous

    1
    Mercredi 13 Mai 2015 à 10:01
    LADY MARIANNE

    encore une fable qui m'était inconnue !!
    tu es sacrément bien documentée Nadia !
    merci pour ton partage-
    bisous et bon mercredi-

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :