• Les deux Chèvres. (Fable de Lafontaine)

     

    Jean de La Fontaine  Fables

    Livre 12

    Fable 4

    Les deux Chévres

     

     Les deux Chévres

    Dés que les Chévres ont brouté,
    Certain eſprit de liberté
    Leur fait chercher fortune ; elles vont en voïage
    Vers les endroits du pâturage
    Les moins frequentez des humains.

     

    Là s’il eſt quelque lieu ſans route & ſans chemins,
    Un rocher, quelque mont pendant en précipices,
    C’eſt où ces Dames vont promener leurs caprices ;
    Rien ne peut arrêter cet animal grimpant.
    Deux Chévres donc s’émancipant,
    Toutes deux aïant patte blanche,
    Quiterent les bas prez, chacune de ſa part.
    L’une vers l’autre alloit pour quelque bon hazard.
    Un ruiſſeau ſe rencontre, & pour pont une planche ;
    Deux Belettes à peine auroient paſſé de front
    Sur ce pont :
    D’ailleurs l’onde rapide & le ruiſſeau profond

     

    Devoient faire trembler de peur ces Amazones.
    Malgré tant de dangers l’une de ces perſonnes
    Poſe un pied ſur la planche, & l’autre en fait autant,
    Je m’imagine voir avec Loüis le Grand
    Philippes Quatre qui s’avance
    Dans l’Iſle de la Conference.
    Ainſi s’avançoient pas à pas,
    Nez à nez nos Aventurières,
    Qui toutes deux étant fort fieres,
    Vers le milieu du pont ne ſe voulurent pas
    L’une à l’autre ceder. Elles avoient la gloire
    De compter dans leur race (à ce que dit l’Hiſtoire)
    L’une certaine Chévre au merite ſans pair
    Dont Polypheme fit preſent à Gallatée ;
    Et l’autre la Chevre Amalthée

     

    Par qui fut nourri Jupiter.
    Faute de reculer leur chute fut commune ;
    Toutes deux tomberent dans l’eau.
    Cet accident n’eſt pas nouveau
    Dans le chemin de la Fortune.

     
     
     
    [139]
    [138]
    [137]
    [136]
    [135]
    [1

     

      JEAN DE LA FONTAINE

    Livre 12

    fable 4

     

    Les deux Chèvres

    Dès que les chèvres ont brouté,
    Certain esprit de liberté
    Leur fait chercher fortune : elles vont en voyage
    Vers les endroits du pâturage
    Les moins fréquentés des humains :
    Là, s'il est quelque lieu sans route et sans chemins,
    Un rocher, quelque mont pendant en précipices,
    C'est où ces dames vont promener leurs caprices.
    Rien ne peut arrêter cet animal grimpant.
    Deux chèvres donc s'émancipant,
    Toutes deux ayant patte blanche (1),
    Quittèrent les bas prés, chacune de sa part.
    L'une vers l'autre allait pour quelque bon hasard.
    Un ruisseau se rencontre, et pour pont une planche.
    Deux belettes à peine auraient passé de front
    Sur ce pont ;
    D'ailleurs, l'onde rapide et le ruisseau profond
    Devaient faire trembler de peur ces amazones.
    Malgré tant de dangers, l'une de ces personnes
    Pose un pied sur la planche, et l'autre en fait autant.
    Je m'imagine voir, avec Louis le Grand,
    Philippe Quatre qui s'avance
    Dans l'île de la Conférence (2)
    .
    Ainsi s'avançaient pas à pas,
    Nez à nez, nos aventurières,
    Qui toutes deux étant fort fières,
    Vers le milieu du pont ne se voulurent pas
    L'une à l'autre céder. Elles avaient la gloire
    De compter dans leur race, à ce que dit l'histoire,
    L'une certaine chèvre, au mérite sans pair,
    Dont Polyphème fit présent à Galatée(3) ;
    Et l'autre la chèvre Amalthée (4),
    Par qui fut nourri Jupiter.
    Faute de reculer, leur chute fut commune.
    Toutes deux tombèrent dans l'eau.

    Cet accident n'est pas nouveau
    Dans le chemin de la fortune.

    http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/deuchevre.htm

    ===================

     

     Le Berger et la mer. (Fable de La Fontaine)

     

    retour à l'accueil

     

    « Histoires: L'accouchement sans douleur...Une blonde illuminée Le jeu d’échecs est vieux de plusieurs siècles. Les chats peuvent boire de l’eau de mer pour se réhydrater. (Le saviez-vous?) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    12
    Mercredi 16 Décembre 2015 à 07:02

    Julie vient d'apprendre : le lion et le rat ! bonne journée

    11
    Mardi 15 Décembre 2015 à 17:03

    tu en connais vraiment beaucoup de fables

    10
    Mardi 15 Décembre 2015 à 11:41

    Coucou Nadia

    Pauvres chèvres qui tombent dans l'eau.

    Je ne connaissais pas vraiment cette Fable...

    J'aime bien cet animal (peut-être à cause de mon signe astrologique "capricorne")

    Bisous et bon mardi

    Béa kimcat

    9
    Mardi 15 Décembre 2015 à 11:14

    bonjour nadia,

    je ne connaissais pas du tout cette fable ! passe une bonne journée, bises, véronique

    8
    Mardi 15 Décembre 2015 à 09:58

    bonjour, Nadia belle  fable ,bon mardi bisous

    7
    Mardi 15 Décembre 2015 à 09:18
    LADY MARIANNE

    une belle leçon que notre grand poète nous offre !!
    à méditer !!
    bisous et bonne journée Nadia

    6
    Mardi 15 Décembre 2015 à 09:15

    Bonne journée Nadia 

    @+

    5
    Mardi 15 Décembre 2015 à 08:52

    J'aime Jean de la Fontaine, j'ai même visité sa maison à château Thierry

    Désolée un copier/coller mais sincère.

    En ce moment pas beaucoup de temps pour les blogs, alors quand j'ai un moment j'arrive à en ouvrir quelques-uns et de faire un petit coucou amical

    Bises et a bientôt

     

    Lyly

    4
    Mardi 15 Décembre 2015 à 07:59

    j'ai gardé précieusement le livre avec toutes les fables de la Fontaine, et je m'aperçois que ma petite fille ne les connait pas (autre époque)= je te souhaite une bonne journée - de la pluie pour La Manche - bisous Mamy Annick

    3
    Mardi 15 Décembre 2015 à 07:20

    Bonjour Nadia et bonne journée bises

    2
    Mardi 15 Décembre 2015 à 07:07

    Bonjour Nadia,

    Je ne connaissais pas ou du moins je me rappel plus, toujours très agréable à lire, merci !

    Belle journée, bisous !

    1
    Mardi 15 Décembre 2015 à 06:56

    Bonjour ma douce amie Nadia

    J'ai pris plaisir à relire ces deux magnifiques fables de Jean de la Fontaine, merci pour cet excellent partage et ton gentil passage.

    Je te souhaite une excellente journée et te fais de gros bisous d'amitié de mon ti rocher où il y fait très chaud et beau.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :