• LE RAT DE VILLE, ET LE RAT DES CHAMPS. (Fable de Lafontaine)

     

     

     

     


     

     

     

     

    Jean de La Fontaine — Fables
    LIVRE PREMIER

     


    IX.
    LE RAT DE VILLE,
    ET LE RAT DES CHAMPS.

     

    Autrefois le Rat de ville
    Invita le Rat des champs,
    D’une façon fort civile,
    A des reliefs d’Ortolans

      

    Sur un Tapis de Turquie
    Le couvert se trouva mis.
    Je laisse à penser la vie
    Que firent ces deux amis.

    Le régal fut fort honneste :
    Rien ne manquoit au festin ;
    Mais quelqu’un toubla la feste
    Pendant qu’ils estoient en train.

    A la porte de la salle
    Ils entendirent du bruit.
    Le Rat de ville détale,
    Son camarade le suit.

    Le bruit cesse, on se retire :
    Rats en campagne aussi-tost ;
    Et le Citadin de dire,
    Achevons tout nostre rost.

    C’est assez, dit le Ristique ;
    Demain vous viendrez chez moy :
    Ce n’est pas que je me pique
    De tous vos festins de Roy.

    Mais rien ne vient m’interrompre ;
    Je mange tout à loisir.
    Adieu donc : fy du plaisir
    Que la crainte peut corrompre.

     

     
     
     
     

    Source:   http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

    Wikipédia

    ================================

    LE RAT DE VILLE ET LE RAT DES CHAMPS

     

    Autrefois le Rat de ville
    Invita le Rat des champs,
    D'une façon fort civile,
    A des reliefs d'ortolans.

    Sur un tapis de Turquie
    Le couvert se trouva mis :
    Je laisse à penser la vie
    Que firent ces deux amis.

    Le régal fut fort honnête,
    Rien ne manquait au festin ;
    Mais quelqu'un troubla la fête,
    Pendant qu'ils étaient en train.

    A la porte de la salle
    Ils entendirent du bruit ;
    Le Rat de ville détale, 
    Son camarade le suit.

    Le bruit cesse, on se retire :
    Rats en campagne aussitôt ;
    Et le Citadin de dire :
    Achevons tout notre rôt.

    C'est assez, dit le Rustique ;
    Demain vous viendrez chez moi.
    Ce n'est pas que je me pique
    De tous vos festins de roi ;

    Mais rien ne vient m'interrompre ;
    Je mange tout à loisir.
    Adieu donc ; fi du plaisir
    Que la crainte peut corrompre !    

    Source:  http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/fables.htm

    ==========================

     

     

    Top Sites de "Faire un Blog"

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Related Posts with Thumbnails

     

    « Les pourquois: ''rond point'' ?- 'allô' quand on répond au téléphone ?Abbaye de Lagrasse dans l'Aude. Abbaye de Longpont près de Sopissons.(Les Abbayes en France) »

  • Commentaires

    4
    Mardi 4 Décembre 2012 à 22:38

    une bien jolie fable, que celle du rats des villes et des champs

    bisous nadia

    3
    Samedi 24 Novembre 2012 à 00:15

    mais tu as le recueil complet des fables

    2
    Jeudi 22 Novembre 2012 à 21:49

    Une fable que j'aime beaucoup.Belle soirée, bises Nadia

    1
    Jeudi 22 Novembre 2012 à 16:02

    j'aime bien toutes les fables de jean de la fontaine bisous j'espère que tu va un peu mieux MA

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :