• LE MILAN ET LE ROSSIGNOL (Fable de La Fontaine)

     

     

    Jean de La Fontaine  Fables

    Livre neuvième

    XVIII.
    Le Milan & le Roſſignol.
     
    Apres que le Milan, manifeſte voleur,
    Eût répandu l’alarme en tout le voiſinage,

    Et fait crier ſur luy les enfans du village,
    Un Roſſignol tomba dans ſes mains, par malheur.

    Le heraut du Printemps luy demãde la vie :
    Auſſi bien que mãger en qui n’a que le ſon ?
    Écoûtez plûtoſt ma chanſon ;
    Je vous raconteray Terée & ſon envie.
    Qui, Terée ? eſt-ce un mets propre pour les Milans ?
    Non pas, c’étoit un Roy dõt les feux violens
    Me firent reſſentir leur ardeur criminelle :
    Je m’en vais vous en dire une chãſon ſi belle
    Qu’elle vous ravira : mon chant plaiſt à chacun.
    Le Milan alors luy replique :
    Vraiment, nous voicy bien, lors que je ſuis à jeun,
    Tu me viens parler de muſique.
    J’en parle bien aux Rois. Quand un Roy te prendra,
    Tu peux luy conter ces merveilles :
    Pour un Milan, il s’en rira :
    Ventre affamé n’a point d’oreilles.

     

      JEAN DE LA FONTAINE

    Livre 1X, fable 18

    LE MILAN ET LE ROSSIGNOL

    Après que le Milan, manifeste voleur,
    Eut répandu l'alarme en tout le voisinage
    Et fait crier sur lui les enfants du village,
    Un Rossignol tomba dans ses mains, par malheur.
    Le héraut du printemps lui demande la vie :
    Aussi bien que manger en qui n'a que le son ?
                   Ecoutez plutôt ma chanson ;
    Je vous raconterai Térée (1) et son envie.
    Qui, Térée ? est-ce un mets propre(3) pour les Milans ?
    Non pas, c'était un Roi dont les feux violents
    Me firent ressentir leur ardeur criminelle (2) :
    Je m'en vais vous en dire une chanson si belle
    Qu'elle vous ravira : mon chant plaît à chacun.
                   Le Milan alors lui réplique :
    Vraiment, nous voici bien : lorsque je suis à jeun,
                   Tu me viens parler de musique.
    J'en parle bien aux Rois. Quand un roi te prendra,
                   Tu peux lui conter ces merveilles.
                   Pour un Milan, il s'en rira :
                   Ventre affamé n'a point d'oreilles.(4)

     

    Source: http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/deperoifis.htm

    ====================

     Le Berger et la mer. (Fable de La Fontaine)

     

    retour à l'accueil

     

    « Les abréviations, module D. (Apprendre en s'amusant)Little India. Les momies de la Bastille. (Anecdotes insolites sur Paris) (47 et 48) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    5
    Mercredi 12 Novembre 2014 à 00:27

    encore une fable qui m'est inconnue

    4
    Jeudi 6 Novembre 2014 à 21:34

    Un génie !

    3
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 23:29
    erato:

    La dernière phrase est devenue un proverbe réputé!

    Douce soirée, bises Nadia

    2
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 14:00

    Bonjour Nadia !

    En fait tu es un des premiers blog que j'ai rencontré, mais à l'époque, je savais à peine me servir d'un ordi et je t'ai perdue !

    J'ai fait qq progrès depuis , oh à peine mais je rame moins et en te retrouvant je viens dem'inscrire à ta newsletter !

    Moi aussi, j'ai fait de belles rencontres virtuelles et d'autres se sont même produites en vrai !

    J'ai crée , enfin quand je dis je ,une amie a crée un blog pour mes princesses, je ne voulais pas, je pensais ne pas savoir m'en sortir ni quoi y faire et à présent , il compte beaucoup pour moi , je me sens moins seule avec tous les amis qui commentent comme si je recevais du courrier tous les jours !

    Voilà, c'est tout

    Nicole  

    1
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 08:07
    LADY MARIANNE

    belle fable encore aujourd'hui Nadia !!
    ventre affamé n'a pas d'oreille, nous l'employons assez souvent ici !!
    bonne journée- ici vent !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :