• Le cerveau à tous les niveaux(35) LES DÉTÉRIORATIONS COGNITIVES ASSOCIÉES À L'ALZHEIMER (capsules) niveau débutant.

     

     

     

     

     

      LES DÉTÉRIORATIONS COGNITIVES ASSOCIÉES À L'ALZHEIMER

     

    (capsules) niveau débutant.

     

     

     

     

     

    d 01 cr ana 1b

     

     

     

     

       

    On parle de maladies neurogégénératives pour désigner diverses pathologies conduisant progressivement à la mort des neurones et à la destruction du système nerveux.

    Si certaines de ces maladies touchent l'enfant ou l'adulte jeune, la majorité survient après 65 ans. Les atteintes peuvent être à prédominance cognitive comme pour la démence de type Alzheimer, à prédominance motrice comme pour la maladie de Parkinson, ou encore l'association des deux comme dans la chorée de Huntington ou la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

     

    On retrouve certaines similarités entre les différentes maladies neurodégénératives. Pour la plupart, des facteurs génétiques à l’origine d’une forme héréditaire de la maladie sont connus, mais la maladie survient également sous une forme dite «  sporadique », de manière isolée, ce qui n'exclut toutefois pas l'implication de facteurs génétiques.

     

    Les types de neurones ainsi que les zones cérébrales touchées varient grandement selon les différentes maladies neurodégénératives. Les neurones pyramidaux du cortex temporal sont durement touchés par la démence de type Alzheimer.

     

    Avec la maladie de Parkinson, ce sont les neurones de la substance noire qui sécrètent la dopamine qui dégénèrent. Chez les patients souffrant de la maladie de Huntington, l’atrophie survient au niveau du striatum, dans le noyau caudé et le putamen, chez ceux souffrant de sclérose latérale amyotrophique, au niveau des neurones moteurs du cortex cérébral et les motoneurones de la moelle épinière, tandis que chez ceux atteints de sclérose en plaques, c’est la gaine de myéline entourant les axones du système nerveux central qui est touchée.

     

     

    Les chercheurs tentent depuis des décennies de découvrir un marqueur biologique qui permettrait de distinguer l’Alzheimer de l’état de vieillissement normal et des autres maladies neurodégénératives (voir l’encadré précédent). La simplicité d’un test sanguin où l’on détecterait certaines molécules révélant la présence d’une démence de type Alzheimer se fait toutefois encore attendre.

     

    Ce diagnostic demeure donc difficile à établir, entre autres parce que les symptômes de l’Alzheimer peuvent ressembler à des pertes de mémoire bénignes ou aux symptômes d’autres maladies comme la dépression. De plus, il ne s’agit toujours que d’un diagnostic « probable » qui se fait par élimination des autres causes possibles (démarche dite de « diagnostic différentiel »). Seule l’observation dans le cerveau du patient après son décès d’une atrophie corticale  en présence des deux types de lésions caractéristiques de l’Alzheimer, les plaques amyloïdes et de dégénérescences neurofibrillaires confirmera les soupçons.

     

    Dans un premier temps, le médecin va donc interroger le patient et tenter de voir s’il souffre réellement d’une démence en éliminant les autres affections pouvant causer des symptômes semblables (réaction à certains médicaments, tumeur au cerveau, accident cérébrovasculaire (ACV), problème de thyroïde, infection chronique, etc). Comme il existe une grande incertitude diagnostique à cause de l’hétérogénéité des symptômes de l’Alzheimer, le médecin questionne aussi les proches du patient pour tenter de mieux comprendre l’évolution des pertes de mémoire et les autres difficultés vécues au quotidien.

     

    Des tests standardisés, comme le MMS (pour « Mini Mental Status », en anglais),  permettent ensuite d’évaluer la sévérité des atteintes à diverses capacités cognitives du patient (repérage dans le temps et l'espace, mémorisation, attention, calcul, etc). Si nécessaire, le médecin peut aussi conseiller au patient de passer un examen d’imagerie cérébrale pour renforcer la probabilité du diagnostic. Ces techniques, malheureusement pas toujours accessibles à cause de leur coût élevé, permette d’évaluer par exemple l'atrophie corticale dans diverses régions cérébrales, l’augmentation de taille des ventricules cérébraux ou encore la baisse du métabolisme de régions impliquées dans la mémoire. Elles permettent également d’éliminer d'autres causes comme les tumeurs cérébrales, les méningiomes, les ACV multiples, etc.

     

     

     

     

     

      Le contenu du site Le Cerveau à tous les Niveaux ! est sous copyleft

     Différentes méthodes vous permettent donc de reproduire ce site 

    en tout ou en partie pour en faire bénéficier le plus grand nombre.

     Le concept de " copyleft " est un moyen de donner accès gratuitement

      au fruit d'un travail original et d'encourager la reproduction (et même

     la modification) de ce travail d'une façon tout aussi gratuite.

     


     

    Un petit vote s.v.p.   

     

     

    Rendez-vous sur Hellocoton ! Related Posts with Thumbnails

     

     

     

     

    « Tchad 11 août 2011Énigme: défi. »

  • Commentaires

    9
    mamandouceur
    Samedi 6 Avril 2013 à 23:56

    bonjour Nadiavraie

    je connais les dégats provoqués par cette maladie car ma maman est atteinte d'alzheimer , elle redombe en enfance et a besion d'une personne à côté d'elle en permanence , c'est triste de finir comme cela , car c'était une femme trés énergique .

    amicalement

    8
    Vendredi 12 Août 2011 à 14:58

    saleté de maladie!!!!!!!!

    bonne fin de semaine,bon wk

    bizz

    7
    Jeudi 11 Août 2011 à 22:13

    Vivement que l'on trouve un traitement qui stabilise vite la détérioration .Bonne soirée, bisous Nadia

    6
    Jeudi 11 Août 2011 à 21:12

    Non Nadia, cette fois je l'ai bien vu la photo, c'est l'autre jour, je ne la trouvais pas.

    Je pense que tu me réponds à un ancien commentaire  hihi !

    Distribution de bisous. Dani en pause....................

    www.leschatsdubocage.com-scrap2

     

     

    5
    Jeudi 11 Août 2011 à 18:12

    une maladie terrible

    4
    Jeudi 11 Août 2011 à 08:25

    le cerveau de l'home est un bien bel engin même s'il l'utilise parfois tres mal ....merci pour cet excellent article :) bisous :)

    3
    Jeudi 11 Août 2011 à 07:50

    A 65 ans ?... bon, il me reste encore.. non ! il ne me reste plus qu'un an ! Il faudra tenir le blog ce temps, après on verra !   Bisous Nadia !!!

    2
    Jeudi 11 Août 2011 à 07:28

    Bonjour Nadia,

    Ton article me fait remonter deux années en arrière quand je travaillais encore  en service de neurologie, j'ai l'impression d'assister à une journée de formation continue. Je trouve très bien que tu informes un maximum de personnes sur ce sujet.

    Bon jeudi, gros bisous, Mireille

    1
    Jeudi 11 Août 2011 à 07:03

    bonjour Nadia                  une merveilleuse " machine " notre cerveau certainement la plus perfectionnée du monde , mais si complexe en même temps.                 bonne journée                       chamitiés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :