• Le cerveau à tous les niveaux (34)La démence de type Alzheimer(1)

     

     

     

     

     

     

     

    d 01 cr ana 1b

     

     

     

     

    La démence de type Alzheimer

    niveau débutant

     

     

          LES DÉTÉRIORATIONS COGNITIVES ASSOCIÉES À L'ALZHEIMER

     

    Notre cerveau, comme le reste de notre corps, se transforme tout au long de notre vie. Après le développement rapide et spectaculaire des premières années, la plasticité cérébrale ralentit mais perdure tout au long de la vie adulte. À mesure que l’on vieillit cependant, il n’est pas rare de constater un déclin progressif de nos facultés intellectuelles et de notre mémoire.

    Il s’agit là d’un phénomène naturel associé au vieillissement cérébral normal  (voir capsule outil à gauche). Mais il arrive que ce déclin soit beaucoup plus rapide chez certaines personnes, entraînant des conséquences désastreuses sur leur vie et celle de leurs proches.

    On utilise alors le terme général de démence, apparu au début du XIXe siècle, pour décrire ce phénomène. Les démences faisaient alors partie de ce que l’on appelait à l’époque « l'aliénation mentale », qui comprenait aussi les schizophrénies et les oscillations de l'humeur. Et comme ce sont les gens âgés qui présentent la plupart du temps les symptômes les plus graves, on parlait de démences « séniles », expression de moins en moins utilisée.  

    De nos jours, on distingue différents types de démence (voir le deuxième encadré à gauche), mais toutes partagent une définition commune que l’on peut formuler, à la suite de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), comme « une altération progressive de la mémoire ainsi que de la formation et de l'enchaînement des idées, suffisamment marquée pour handicaper les activités de la vie quotidienne depuis au moins six mois ».

    Les problèmes cognitifs et sociaux associés aux démences ne découlent pas de troubles psychiatriques, mais ont des causes organiques bien caractérisées. Autrement dit, un nombre anormalement élevé de neurones dégénèrent et meurent dans certaines parties du cerveau. En ce sens, les démences font partie de la grande famille des maladies neurodégénératives (voir l’encadré ci-bas).

    d_08_p_alz_1a.jpg

    La fonction de communication des neurones s’en trouve ainsi perturbée, provoquant les nombreux symptômes des démences. Ceux-ci apparaissent à l’âge adulte et, dans la plupart des cas, s’accentuent progressivement de façon irréversible.

    Sur le plan cognitif, le sujet peut éprouver des problèmes de mémoire. Il peut répéter souvent la même question ou effectuer deux fois le même achat. Il peut être désorienté, errer plusieurs heures dans son quartier, ou ne pas bien se situer dans le temps. Si la tâche demande une planification abstraite, comme faire des courses ou effectuer un trajet en transport en commun avec des transferts, la personne peut paraître désemparée face à la tâche.

    Au niveau du langage, elle a tendance à compenser l’oubli de termes spécifiques par des mots passe-partout comme « truc », « chose », etc. Les problèmes de mémoire peuvent s’étendre aux dates importantes comme les anniversaires, aux noms de personnages célèbres. Les compétences motrices avec des appareils ménagers familiers peuvent aussi être affectées.

    Au niveau émotionnel, la personne peut devenir triste, instable, voire agressive verbalement ou physiquement. On aura tantôt une désinhibition sociale avec une familiarité excessive, tantôt des comportements craintifs ou de la suspicion. Ou alors des épisodes d’euphorie, de dépression ou d’anxiété.

    Au niveau comportemental, il y a une baisse d’intérêt pour les autres, une perte de contact avec ses amis, un abandon progressif des loisirs. On note souvent un ralentissement de la vitesse des mouvements, amenant par exemple des difficultés à conduire une voiture ou à faire simplement sa toilette. 

    La plus connue des démences, et la plus répandue, est la démence de type Alzheimer (couramment appelée « maladie d’Alzheimer »). Elle représente à elle seule autour de 60 % à 65 % des cas de démence.

    La démence de type Alzheimer touche uniquement le cerveau. Et dans le cerveau, ce n’est que la fine couche externe de matière grise, le cortex, qui est affecté. Débutant dans une région évolutivement ancienne du cortex impliquée dans la mémoire, l’hippocampe et le cortex entorhinal, les premiers déficits observables de ce type de démence sont donc des troubles mnésiques.

    D’autres fonctions vont ensuite être altérées, comme le langage, l’orientation dans le temps et dans l’espace, la planification d’actions, la reconnaissance des visages ou des objets, etc. La personne atteinte peut aussi avoir des sautes d’humeur, devenir apathique ou dépressive. À un stade avancé, sa confusion et ses mouvements laborieux lui font perdre l’autonomie nécessaire à la vie quotidienne (se laver, s'habiller, manger).

    Bien que l’on ne sache pas encore comment arrêter l’évolution ou même guérir la démence de type Alzheimer, différents médicaments et approches thérapeutiques peuvent soulager certains symptômes et améliorer la qualité de vie des patients (voir la capsule outil avancé à gauche).

    C’est également un domaine où il se fait beaucoup de recherches. Celles-ci ont d’ailleurs permis de mettre à jour deux grands processus dégénératifs que l’on associe à la mort neuronale. Deux processus dont les marques à l’extérieur et à l’intérieur des neurones avaient été décrites pour la première fois par le médecin allemand Alois Alzheimer en 1906 (voir la capsule histoire débutant à gauche).

     

     

     

     

          Le contenu du site Le Cerveau à tous les Niveaux ! est sous copyleft

     Différentes méthodes vous permettent donc de reproduire ce site 

    en tout ou en partie pour en faire bénéficier le plus grand nombre.

     Le concept de " copyleft " est un moyen de donner accès gratuitement

      au fruit d'un travail original et d'encourager la reproduction (et même

     la modification) de ce travail d'une façon tout aussi gratuite.

     


     

    Un petit vote s.v.p.   

     

     

    Rendez-vous sur Hellocoton ! Related Posts with Thumbnails

    « Pérou 28 juillet 2011Le concours de la photo du mois de juillet+ votes. »

  • Commentaires

    13
    Vendredi 29 Juillet 2011 à 14:55

    Entre celle ci et la maladie de Parkinson,beaucoup de personnes en sont atteintes,bien souvent ce qui la déclenche c'est un choc émotionnel.Bise

    11
    Vendredi 29 Juillet 2011 à 09:48

    Super article très intéressant ! Merci Nadia

    10
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 22:15

    bonjour - bonsoir  NADIA


    une sale maladie dont mon père souffre !!  triste de voir un parent devenir un légume et ne plus pouvoir parler avec lui !!
    lui qui faisait tant de choses - manuelles et intellectuelles -
    ça me peine beaucoup - mais on ne peut rien faire -
    j'espère que des solutions seront trouvées
    je t'embrasse   lady Marianne

    9
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 21:19

    Cette maladie est très pénible pour la famille qui ne sais pas comment aider le malade. Belle soirée, bisous Nadia

    8
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 19:06

    une mala die terrible dont parsonne n'est à l'abri

    7
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 12:06

    Très intéressant cet article en espérant de ne jamais souffrir de cette maladie

    6
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 10:00

    coucou

    c'est une maladie qui fait tres peur!!!!!!!!!

    bizzz

    5
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 09:14

    Merci Nadia , impressionnante etude

    Bises

    4
    Kri
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 08:17

    Une terrible maladie qui l-malheureusement est de plus en plus courante

    Bonne journée

    ps : pour l'instant je ne ferme pas mon blog OB

    3
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 07:35

    souhaitons qu'un remède soit trouvé pour cette terrible maladie, c'est vraiment trop horrible.. bonne journee chere Nadia, bisous  

    2
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 07:25

    un sujet très sérieux

    1
    Jeudi 28 Juillet 2011 à 07:06

    Bonjour Nadia,

    Dans mes dernières années de carrière, j'ai eu à prendre en charge ce genre de maladie. Ce n'est pas facile ni pour la famille ni pour le personnel car le malade est dans son "monde" et ne nous comprend plus du tout dans les gestes du quotiden.

    Bon jeudi, gros bisous, Mireille

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :