• Le cerveau à tous les niveaux(14) La dépression(niveau avancé)

     

     

     

     

     

     

     

    d 01 cr ana 1b

     

     

     

     

     

     

     

     

     SYMPTÔMES, TRAITEMENTS ET CAUSES DE LA DÉPRESSION

     

    Articles en 3 niveaux soit débutant, intermédiaire et avancé.

     

    présentation des trois niveaux sur

     

      

    la dépression

     

    la maniaco-dépression

     

    les troubles anxieux

     

      Revoir le no 1

     

    Revoir le no 2

     

     

     

     

     

     

    3 ième niveau (avancé)

     

     

     

     

    SYMPTÔMES, TRAITEMENTS ET CAUSES DE LA DÉPRESSION

    

    Les psychiatres considèrent généralement qu'une personne souffre d'une dépression

    quand elle présente une série de symptômes associant un état morbide, une tristesse généralisée qui envahit tous les champs de son existence, une perte d'intérêt

    ou de plaisir dans la plupart des activités et un ralentissement de l'activité intellectuelle

    et motrice. Tout cela quotidiennement pendant une période d’au moins deux semaines.

    Il est fort probable que les symptômes de la dépression recouvrent en réalité plusieurs mécanismes physiologiques distincts. Ces différences pourraient d’ailleurs expliquer

     pourquoi certains traitements aux antidépresseurs ont un effet bénéfique sur

    certains patients et pas du tout sur d’autres.

     

      d_08_p_anx_4b2.jpg

     Source :
    Debbie Aldridge/Illustration Services photo

     

     

     

    Même si on ne connaît pas les causes exactes de la dépression, on sait qu’un

    certain nombre de facteurs interviennent dans son développement.

    Ceux-ci interagissent entre eux, de sorte que la dépression, plutôt que d’avoir

    une seule cause, résulte la plupart du temps de la rencontre du «terrain»

    d'une personne avec un certain nombre de circonstances défavorables.
     

    Parmi celles-ci, on distingue:

     


    Les facteurs


    Des événements extérieurs à l’individu peuvent contribuer au développement d’une dépression, comme le décès d’un être cher, une séparation, la perte d'un emploi, des problèmes financiers, une blessure ou une maladie invalidante, etc.


    On estime que près de la moitié des dépressions semblent être reliées à des situations stressantes. De plus, plusieurs études montrent que le stress en bas âge peut

    prédisposer au développement d’une dépression durant la vie adulte.

    Quand on sait les effets néfastes que provoque l’activation chronique de l’axe du stress

    sur la neurogenèse, on n’est pas surpris que l’inhibition de l’action puisse prédisposer sérieusement à la dépression

      

    environnementaux

     

    Les facteurs psychologiques

    L’histoire de la personne, fait de souffrances vécues pendant l'enfance, ou au contraire d’encouragements et d’occasions d’épanouissement façonne le caractère particulier

    d’un individu qui le rend plus ou moins sensible à la dépression.

    Ceux qui éprouvent constamment des difficultés dans leurs relations, ont des problèmes

    de communication ou souffrent de solitude risquent davantage de vivre des épisodes dépressifs. De même, l'absence d'une relation étroite, de confiance, qu'il s'agisse

    d’une relation amoureuse ou amicale, peut augmenter le risque de dépression.

    La qualité du soutien que nous recevons de nos relations interpersonnelles contribue

    donc à réduire les réactions physiques et émotionnelles au stress et ainsi à protéger

    contre la dépression.

      

     Les facteurs génétiques (ou héréditaires)

    On sait maintenant que des facteurs génétiques qui affectent le fonctionnement du cerveau peuvent

     rendre une personne plus fragile à la dépression.

    Par exemple, les personnes dont les parents proches ont souffert d'une dépression ont

    15 % de risque d’en développer une aussi alors que chez les personnes dont les parents proches

    ne sont pas dépressifs les risques sont de seulement 2 à 3 %. De plus, des enfants nés

    de parents ayant des antécédents de dépression mais adoptés par des parents ne souffrant pas

     de cette maladie risquent malgré tout de faire une dépression dans 15 % des cas.

    Chez les jumeaux identiques (donc possédant exactement les mêmes gènes), les probabilités

    pour un des jumeaux de vivre une dépression si l’autre en a vécu une montent à 70 %. 

     

    Même si certains gènes sont impliqués dans la dépression, il ne semble pas qu’ils déclenchent inévitablement la maladie. Ils se contenteraient de transmettre une

    susceptibilité à entrer plus facilement dans un état dépressif. Susceptibilité

    que des traits de caractères particuliers ou qu’un événement extérieur pourrait

    transformer en véritable dépression.

    Il est également important de réaliser que peu importe le ou les facteurs ayant

    précipité une personne dans un état dépressif, qu'ils soient environnementaux, psychologiques ou génétiques, ceux-ci affecteront inévitablement

     l'activité de certaines régions cérébrales ainsi que l'action de

     certains neurotransmetteurs dans le cerveau. Ce sont ces bouleversements

     physiologiques qui, en bout de ligne, seront la cause proximale des symptômes

    de la dépression. Les facteurs précédemments décrits pouvant, quant à eux,

    être considérés comme des causes distales, ou ultimes. D'où l'importance

    de tenter de remonter jusqu'à elles par un travail psychothérapeutique, dont les

    conditions de succès nécessitent parfois une intervention pharmacologique préalable.

     

     

     

    La dépression peut être considérée comme un désordre émotionnel au cours duquel certaines émotions sont vécues de façon très intense. Elle se distingue ainsi des désordres psychotiques, qui sont davantage des désordres reliés à la pensée. Il peut cependant arriver que l’intensité émotive d’une dépression soit telle qu’elle amène également des problèmes d’ordre cognitif.

     

    Certaines dépressions reçoivent l’épithète de d’endogène (ou de mélancolique).

     Pour celles-ci, il est difficile de mettre le doigt sur un évènement déclenchant particulier.

     Le sujet ne voit que lui-même comme source possible de sa souffrance et tout est de sa faute. Sa douleur morale n’est absolument pas influencée par l’attitude de son entourage envers lui. Les antidépresseurs ont souvent des effets bénéfiques spectaculaires sur ces patients.

    La dépression dite
    exogène (ou psychogène) est au contraire liée à un

    événement récent ou à une situation psychologique conflictuelle. Le sujet se sent isolé, abandonné et bien souvent ce qui lui arrive est selon lui la faute des autres.

    Il a donc tendance à se poser en victime, bien plus qu'en coupable, ce qui est

     à l’opposé du déprimé mélancolique. Les manifestations somatiques ainsi

     que les conduites suicidaires sont fréquentes. Ces dernières ont toutefois

    souvent valeur d'un appel au secours, d'un essai de mobilisation de l'entourage.

    Décès, rupture, échec, abandon sont souvent à l’origine de ce type de dépression.

    Parfois aussi des difficultés minimes aux yeux de l'observateur, mais causant

    au sujet un problème d’estime de soi, sont susceptibles d'entraîner une

    dépression d'origine exogène. La moindre gratification peut alors amener

    une grande amélioration.

     

     

     

    Le contenu du site Le Cerveau à tous les Niveaux ! est sous copyleft . Différentes méthodes

    vous permettent donc de reproduire ce site en tout ou en partie pour en faire bénéficier

     le plus grand nombre.

    Le concept de " copyleft " est un moyen de donner accès gratuitement au fruit d'un travail original et d'encourager la reproduction (et même la modification) de ce travail d'une façon tout aussi gratuite.

      

     

    Rendez-vous sur Hellocoton ! Related Posts with Thumbnails

    « Églises originales (3)Cathédrale de Brasilia au brésilÉnigmes:1-Identifiez les cartes.2-Une famille est en détresse sur une île. »

  • Commentaires

    19
    Lundi 24 Janvier 2011 à 21:39

    Intéressant ! Oui, ce n'est pas très drôle de voir des gens sombrer ainsi.

    Bises Nadia; je reprends un peu mon tour des blogs après une grosse fatigue. Je dois faire attention et me ménager des moments de repos.

    18
    Lundi 24 Janvier 2011 à 21:06

    A priori je ne l'avais pas commenté.

    Article bien, et franchement une maladie grave qui peut mener à la mort.

    Bisous 

     

     

    0a2-CAT01            0a0-chats117

     

     

     

    Miaou... miaou... miaou... miaou... miaou... miaou...

    17
    Lundi 24 Janvier 2011 à 21:05

    Je ne sais plus si j'ai commenté cet article, je l'ai lu, ça c'est sûr.

    Bisssssssssssssss 

     

     

    0a2-CAT01            0a0-chats117

     

     

     

    Miaou... miaou... miaou... miaou... miaou... miaou...

    16
    Lundi 24 Janvier 2011 à 09:31

    Un petit coucou pour te souhaiter une bonne journée,
    bises

    15
    Vendredi 21 Janvier 2011 à 16:56

    Article intéressant et détaillé. Bravo

    Amicalement, maous

    14
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 20:23

    Article très intéressant. Bonne journée à toi. Bizzzzzzz

    13
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 20:19

    La dépression je connais , j'en ai souffert pendant des années et je suis toujours sous anxyolitiques depuis , je ne peux pas arréter et mon fils ainé qui avait 18 ans a l'époque et qui s'est occupé de moi , présente aussi une dépression , du a un accident et ensuite perte de son boulot , manque d'argent donc poisse chez lui sans arrét depuis des années aussi ! Je culpabilise souvent en me disant que c'est de ma faute car , étant jeune il en a souffert de me voir dans cet état ! Et tu sais Nadia , depuis je suis restée casaniére , je n'aime pas sortir , je me suis repliée sur moi méme , sauf depuis que j'ai l'ordi avec toutes mes aminautes ! Enfin a mon age maintenant cela n'a plus d'importance , mon fils par contre a 47 ans j'aimerais qu'il soit mieux dans sa peau ! Bonne nuit Nadia , gros bisous !

    12
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 20:17

    Voilà déjà le soir, le village dans le noir, mais heureusement, dans mon foyer brille le soleil. Je viens donc le partager un peu avec toi. …Certes la dépression vient d'un ensemble de phénomènes. Mais bon, si on pouvais la détecter plus tôt, peut-être pourrait-on mieux la soigner. Je ne connais pas de personne prise de cette maladie qui s'en sorte un jour... Ou alors par la "petite porte" Bisous 

    11
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 20:06

    c'est une intéressante documentation sur cette maladie .je pense que les évènements de la  vie  comptent beaucoup ,aussi dans   le déclenchement de la maladie; je te souhaite aussi une très bonne année 2011 Bises

    10
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 20:02

    Bonsoir Nadia,jai fait une dépression il y a quelques années et je m'en suis sortie avec de la volonté.Car les médicaments ne font pas tout à part de dormir sans arrêt car quand ça ne fait pas effet on donne plus fort le médicament.J'ai tout foutue à la poubelle.C'est des maladies qui faut prendre au sérieux.Bonne soirée,bises, €€€

    9
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 16:24

    Je suis étonnée et inquiète  de savoir que des facteurs génétiques peuvent jouer .

    Très intéressant ton article, même si j'ai dû le relire plusieurs fois.Bon après midi , bisous Nadia

    8
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 16:14

    bonsoir Nadia !!
    donc c'est plus ou moins de famille !  ou dans les gènes !!
    bises  Lady M

    7
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 15:31

    très intéressant les dépressions de type endogènes doivent être, je l'espère, plus nombreuses que le deuxième type.

    Ce deuxième se révélant plus grave.

    6
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 14:13

    BONJOUR? TRES INTERESSANT,d autant que j interesse beaucoup à la psychologie....DANS TOUS CES PBS de sante psy,LES causes ou consequences"neuro biologiques"ne sont pas  assez "soulevés".......S madilys.....

    5
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 13:47

    la dépression c'est terrible, il ne faut jamais la minimiser ou l'ignorer, elle peut mener à la mort, bonne soiree  chere Nadia, bisous 

    4
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 13:43

    Belle journée à toi !

    bisous-7.gif

    3
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 13:23

    grrrrr   génétiquement , famillalement, au travail c'est pas la joie j'essaie de ne pas y tomber !!!

     

     

    vais un peu mieux mais ne pourrait sûrement pas prendre cette pause de si tôt !  gros bisous

    2
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 09:20

    Tu sais avec tous les problèmes que j'ai depuis quelques temps, comme tu le sais, par moments je ne suis pas loin de cette dépression, mais heureusement que j'ai mon mari - ma fille et ma petite fille ...une croisière si nous étions libre nous serions heureux de partir de ne penser à rien - bisous Mamy ANNICK

    1
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 07:27

    Bravo et merci pour cet article très complet 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :