• L'Hirondelle et les petits Oiseaux.(fables de Lafontaine)

     



     

     

    Jean de lafontaine

    Livre 1er

    L'Hirondelle et les Petits Oiseaux est la huitième fable du livre de Jean de La Fontaine situé dans le premier recueil des Fables de La Fontaine,

    édité pour la première fois en 1668.

     


    L’Hirondelle & les petits Oyſeaux.


        Une Hirondelle en ſes voyages
    Avoit beaucoup appris. Quiconque a beaucoup veu,
        Peut avoir beaucoup retenu.
    Celle-cy prévoyoit juſqu’aux moindres orages. 
        Et devant qu’ils fuſſent éclos
        Les annonçoit aux Matelots.
    Il arriva qu’au tems que la chanvre ſe ſeme
    Elle vid un Manant en couvrir maints ſillons.
    Ceci ne me plaiſt pas, dit-elle aux Oyſillons,
    Je vous plains : Car pour moy, dans ce peril extrême
    Je ſçauray m’éloigner, ou vivre en quelque coin.
    Voyez-vous cette main qui par les airs chemine ?
        Un jour viendra qui n’eſt pas loin,
    Que ce qu’elle répand ſera vôtre ruine.
    De là naîtront engins à vous enveloper,
        Et lacets pour vous attraper ;
        Enfin mainte & mainte machine
        Qui cauſera dans la ſaiſon
        Voſtre mort ou voſtre priſon. 
        Gare la cage ou le chaudron.
        C’eſt pourquoy, leur dit l’Hirondelle,
        Mangez ce grain, & croyez-moy.
        Les Oyſeaux ſe moquerent d’elle :
        Ils trouvoient aux champs trop dequoy.
        Quand la cheneviere fut verte,
    L’Hirondelle leur dit : Arrachez brin à brin
        Ce qu’a produit ce maudit grain ;
        Ou ſoyez ſeurs de vôtre perte.
    Prophete de malheur, babillarde, dit-on,
        Le bel employ que tu nous donnes !
        Il nous faudroit mille perſonnes
        Pour éplucher tout ce canton.
        La chanvre eſtant tout-à-fait creuë,
    L’Hirondelle ajoûta : Cecy ne va pas bien :
        Mauvaiſe graine eſt toſt venuë.
    Mais puiſque juſqu’icy l’on ne m’a cruë en rien ;
        Dés que vous verrez que la terre
        Sera couverte, & qu’à leurs bleds 
        Les gens n’eſtant plus occupez
        Feront aux Oiſillons la guerre ;
        Quand regingletes & rezeaux
        Attraperont petits Oiſeaux ;
        Ne volez plus de place en place :
    Demeurez au logis, ou changez de climat :
    Imitez le Canard, la Gruë, & la Becaſſe.
        Mais vous n’eſtes pas en eſtat
    De paſſer comme nous les deſerts & les ondes,
        Ny d’aller chercher d’autres mondes.
    C’eſt pourquoy vous n’avez qu’un party qui ſoit ſeur :
    C’eſt de vous renfermer aux trous de quelque mur.
        Les Oiſillons las de l’entendre,
    Se mirent à jazer auſſi confuſément,
    Que faiſoient les Troyens quand la pauvre Caſſandre 
        Ouvroit la bouche ſeulement.
        Il en prit aux uns comme aux autres.
    Maint oiſillon ſe vit eſclave retenu.
    Nous n’écoutons d’inſtincts que ceux qui ſont les nôtres,
    Et ne croyons le mal que quand il eſt venu.

     

    ===================================

     

    L'Hirondelle et les petits Oiseaux    

     


    Une Hirondelle en ses voyages 
    Avait beaucoup appris. 
    Quiconque a beaucoup vu 
    Peut avoir beaucoup retenu. 
    Celle-ci prévoyait jusqu'aux moindres orages, 
    Et devant qu'ils fussent éclos, 
    Les annonçait aux Matelots. 
    Il arriva qu'au temps que le chanvre se sème, 
    Elle vit un manant en couvrir maints sillons. 
    "Ceci ne me plaît pas, dit-elle aux Oisillons : 
    Je vous plains ; car pour moi, dans ce péril extrême, 
    Je saurai m'éloigner, ou vivre en quelque coin. 
    Voyez-vous cette main qui par les airs chemine ? 
    Un jour viendra, qui n'est pas loin, 
    Que ce qu'elle répand sera votre ruine. 
    De là naîtront engins à vous envelopper, 
    Et lacets pour vous attraper, 
    Enfin mainte et mainte machine 
    Qui causera dans la saison 
    Votre mort ou votre prison : 
    Gare la cage ou le chaudron ! 
    C'est pourquoi, leur dit l'Hirondelle, 
    Mangez ce grain; et croyez-moi. " 
    Les Oiseaux se moquèrent d'elle : 
    Ils trouvaient aux champs trop de quoi. 
    Quand la chènevière* fut verte, 
    L'Hirondelle leur dit : "Arrachez brin à brin 
    Ce qu'a produit ce maudit grain, 
    Ou soyez sûrs de votre perte. 
    - Prophète de malheur, babillarde, dit-on, 
    Le bel emploi que tu nous donnes ! 
    Il nous faudrait mille personnes 
    Pour éplucher tout ce canton. " 
    La chanvre étant tout à fait crue, 
    L'Hirondelle ajouta : "Ceci ne va pas bien; 
    Mauvaise graine est tôt venue. 
    Mais puisque jusqu'ici l'on ne m'a crue en rien, 
    Dès que vous verrez que la terre 
    Sera couverte, et qu'à leurs blés 
    Les gens n'étant plus occupés 
    Feront aux oisillons la guerre ; 
    Quand reginglettes* et réseaux 
    Attraperont petits Oiseaux, 
    Ne volez plus de place en place, 
    Demeurez au logis, ou changez de climat : 
    Imitez le Canard, la Grue, et la Bécasse. 
    Mais vous n'êtes pas en état 
    De passer, comme nous, les déserts et les ondes, 
    Ni d'aller chercher d'autres mondes ; 
    C'est pourquoi vous n'avez qu'un parti qui soit sûr : 
    C'est de vous renfermer aux trous de quelque mur. " 
    Les Oisillons, las de l'entendre, 
    Se mirent à jaser aussi confusément 
    Que faisaient les Troyens quand la pauvre Cassandre 
    Ouvrait la bouche seulement. 
    Il en prit aux uns comme aux autres : 
    Maint oisillon se vit esclave retenu. 
    Nous n'écoutons d'instincts que ceux qui sont les nôtres, 
    Et ne croyons le mal que quand il est venu .

     

    ===============================


     

    Top Sites de "Faire un Blog"

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Related Posts with Thumbnails

    « Le cerveau à tous les niveaux.(THÈME DORMIR RÊVER)(1)Le grand Héron. »

  • Commentaires

    12
    Vendredi 13 Avril 2012 à 23:29

    Une belle fable que beaucoup d'enfants devraient apprendre!!!Belle soirée, bisous Nadia

    11
    Vendredi 13 Avril 2012 à 21:53

     

    Je ne la connais pas bien cette fable.

     

    Bissssssssssssssss

    10
    Vendredi 13 Avril 2012 à 21:52

    Les nouvelles à 17h15 :

     

    Camargue commençait à soulever sa tête, donc il se réveillait.

     

    Tout s'est bien passé, il a une belle balafre, et je dois appeler demain à 9h30 pour savoir quand j'irai le chercher.

     

    Le véto m'a dit que ça ressemble bien à un fibrosarcome, car la couleur est nacrée et la consistance de la matière aussi.  

     

    Demain je vais prendre le bocal (avec du formol) et lundi je l'amènerai avenue Rockfeller pour le faire analyser, ce n'est pas loin de chez moi, et j'attendrai le résultat.... il n'y aura plus que ça à faire....  je demanderai quand je les aurai.

     

    Tout aujourd'hui j'étais en tracas, je n'arrêtais pas de regarder la pendule.

     

    Soulagée que ça soit passé mais soucieuse.

     

    Bises.  Dani

    9
    Vendredi 13 Avril 2012 à 21:47

    Bonsoir Nadia-Vraie,

    Encore une bien belle fable. Monsieur De La Fontaine avait vraiment beaucoup de talents.

    J'ai voté pour toi : 1013/1ère.

    Bonne soirée... fabuleuse,

    Bises.

    8
    Vendredi 13 Avril 2012 à 18:35

    encore une dont j'ignorai l'existence

    7
    Vendredi 13 Avril 2012 à 17:57

    merci pour ces bons conseils Nadia !
    tout est en ordre!!
    bisous !!

    6
    Vendredi 13 Avril 2012 à 14:51

    vendredi-13-copie-1.gif

    Bisous !

     

    5
    Vendredi 13 Avril 2012 à 11:17

    jolies fables bisous

    4
    Vendredi 13 Avril 2012 à 10:43

    Encore une jolie fable Nadia. Bises er bon vendredi. ZAZA

    3
    Vendredi 13 Avril 2012 à 10:10

    Kikou Nadia, j'ai bien aimé lire cette fable en vieux françois.. car c'est comme cela que LaFontaine l'a écrite... mais parfois la traduction moderne était nécessaire pour confirmer.

    Merci à toi mon amie.

    Tu t'es faite bien avoir et je crois que tu as compris qu'il ne faut jamais répondre à ce genre de demande. Ca m'est arrivé au tout début que j'avais internet... oh la la heureusement j'ai réalisé juste après avoir envoyé la réponse et bien sur avec mon numéro de carte bancaire.. j'ai appelé à 10h du soir à la banque de France qui ont tout de suite bloqué dans un premier temps et le lendemain ma banque a fait le nécessaire mais j'ai beaucoup tremblé!

    J'espère que l'année prochaine tu pourras visiter ce joli coin de la France et faire connaisance avec le pays Cathare. C'est très austère mais riche en histoire.

    Je te souhaite une bonne fin de semaine et je t'envoie tout plein de bisous

    chatou

    2
    Vendredi 13 Avril 2012 à 09:01

    merci pour ce partage ! bonne journée

    1
    Vendredi 13 Avril 2012 à 07:39

    hello Nadia

    Je pars dans quelques instants et je serai absent pour tout le week end , on ne se retrouvera pas avant lundi , alors , je te souhaite dés à present de passer un agréable week end.

    Bisous

    Pat

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :