• L'évolution des articles funéraires : les produits, les matériaux

    Dans cet article, on apprendra comment les premiers hommes ensevelissaient leurs morts et de quels outils ils se servaient. L’art funéraire évolua avec les homo sapiens comme leurs alignements des corps. Nous verrons les différents modes de sépulture suivant les siècles (les sarcophages, les tombes, les urnes funéraires) jusqu’à aujourd’hui. L’homme a toujours eu un respect pour la dépouille d’un être humain.

    La préhistoire

    Les premiers hommes enterraient leurs morts directement dans la terre sous des pierres plates et posaient près d’eux (outils, armes et aliments). Ensuite apparurent des traces sur les ossements et des fleurs déposées sous et sur les défunts.

    L'art funéraire évolua avec les homo sapiens, les squelettes étaient alignés dans le sens est-ouest, visages tournés vers le soleil levant. Il y a des sépultures pour quelques personnes et même plusieurs dans une même tombe.

    On employa la pierre, des os de mammouth posés sur les pieds et autour de la tête des corps. De plus en plus, différents objets sont inhumés avec les corps comme des perles, colliers, bracelets. De l’ocre rouge recouvrait certains corps.

    Plus tard, d'autres modes de sépulture arrivèrent comme des chambres funéraires pour ensevelir les morts. On voit aussi apparaître la crémation.

    En Égypte, quand on ne voulait pas brûler les corps, on les inhumait dans des sarcophages. À partir du IVe siècle avant Jésus-Christ apparut la tombe rectangulaire construite avec des dalles de pierre.

    Aujourd'hui

    Aujourd'hui, que ce soit pour les sépultures traditionnelles ou pas, le choix des matériaux est très varié (granits de toutes couleurs, grès, pierres calcaires, marbres).

    La crémation prend une place de plus en plus grande. Pour les urnes cinéraires ou funéraires, le choix est très varié aussi (en pierre, en bronze, en marbre, en albâtre, en sculpture de verre).

    Pour la disposition des urnes, il y a le columbarium collectif, columbarium individuel, caverne, dépôt d'une urne en pleine terre.

    Pour les monuments, on peut voir graver différentes plaques photo ou poèmes ou motifs représentant l'attachement du défunt pour un travail ou un loisir.

    Il ne faut pas oublier les gerbes de fleurs qui prennent une place importante auprès du défunt exposé et lors de la cérémonie religieuse ou celles dans les salons mortuaires.

    Lors des cérémonies, des témoignages concernant la personne défunte sont faits par la famille ou par des amis.

    Conclusion

    Ces pratiques usitées depuis des temps aussi éloignés témoignent du respect des hommes pour la dépouille, le souvenir et aussi les sentiments devant la perte d’un être cher.

    1 Monument funéraire de Michel de Chassaignes (seigneur de Génissac)
    « Photo de juillet (Le concours de la photo du mois)Fleurs sauvages: boutons d'or, roses sauvages. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :