• L'ÉCRIVAIN "SOCRATE"

     1

     

    Sculpture de Socrate au musée du Louvre

     

    Biographie

      Socrate naquit en 470 avant J.-C. (troisième année de la 77e olympiade), sans doute au mois de mai (6 du mois thargélion), près d’Athènes, dans le dème d'Alopèce, dème qui faisait partie de la tribu d’Antiochide.Son père, Sophronisque, était sculpteur, et sa mère, Phénarète, sage-femme. Socrate avait un frère, Patroclès, fils du premier mari de sa mère.Nous ne savons que peu de choses de sa jeunesse. Qu’il fût esclave semble n’être qu’une hypothèse. Il reçut sans doute une éducation classique, que la loi athénienne obligeait un père à donner à son fils : gymnastique, musique (art du chant, de la danse[1], apprentissage de la lyre [2] et grammaire, ce qui implique l’étude d'Homère, d’Hésiode et d’autres poètes). Diogène Laërce (II, 42) cite le début d’un péan et d’une fable attribués à Socrate :« Apollon Délien, salut, et Artémis, enfants illustres.


    Ésope dit une fois aux habitants de la ville de Corinthe
    de ne pas juger la vertu à l’aune de la sagesse d’un verdict populaire. »

    Socrate semble ne pas s’être contenté de cette éducation. D’après Maxime de Tyr, Socrate s’adressa à toutes sortes de maîtres dès sa jeunesse. Chose peut-être remarquable en ce temps, parmi ses maîtres, Socrate place plusieurs femmes : Aspasie, compagne de Périclès, célèbre tant par sa beauté que par son esprit, Diotime, prêtresse de Mantinée, qui enseigna à Socrate la science de l’amour, mais cette femme est peut-être un personnage inventé par Platon. Les dix dernières années de la vie de Socrate nous sont presque totalement inconnues.   

      Le procès de Socrate

    Plusieurs aristocrates affirmèrent voir en lui un esprit pervertissant les valeurs morales traditionnelles et donc un danger pour l’ordre social. En 399 av. J.-C., Socrate se vit accusé par Anytos, un membre éminent du parti démocratique, ainsi que deux de ses amis, des deux crimes suivants[9] :

    • ne pas reconnaître les dieux de la cité et introduire des divinités nouvelles ;
    • corrompre la jeunesse.

    Son procès se déroula en deux temps. Tout d'abord, 501 jurés furent réunis pour son jugement. Socrate refusa de lire un discours de défense qui avait été écrit à son attention par Lysias. Il aurait dit à Lysias à ce propos : « C'est comme une belle paire de chaussures qui ne m'irait pas ». Socrate préfère alors raconter sa vie aux jurés (Platon, Apologie de Socrate, 20d-22b). Cette attitude lui vaut d'être jugé coupable avec 281 voix contre lui.Dans la deuxième partie du procès, il est question de choisir la peine encourue par Socrate reconnu coupable : Au choix la mort (ce que souhaitent ses accusateurs), ou une forte amende. Pour inciter les parties à une plus grande modération, les juges devaient non pas déterminer leur propre sentence, mais choisir celle qui, des deux parties, leur paraissait le plus raisonnable. Socrate avait donc la possibilité de proposer une peine qui pût être acceptée par les juges. Socrate se dit alors d'accord pour payer une amende de 25 drachmes, soit autrement dit presque rien. Socrate fait ici preuve de moquerie pendant son propre procès, et il ose même demander plus que cette amende dérisoire : il prétend qu'avec ce qu'il a fait pour la cité, il mérite d'être hébergé et nourri au Prytanée pour le reste de ses jours (cf. Platon, Apologie de Socrate, 36d-37b). Cette attitude fini d'exaspérer les juges, et Socrate est condamné à mort avec 60 voix de plus.Socrate se vit alors condamné à boire un poison mortel, la ciguë. Ayant pendant son emprisonnement l’occasion de s’enfuir, il refusa de le faire au motif que le respect des lois de la cité était plus important que sa propre personne (cf. Platon, Criton). Lorsque Socrate entendit Xanthippe se plaindre, en invoquant que cela était injuste, il lui répondit : « Aurais-tu préféré que ce soit justement? ».

    • « Anytos et Mélétos peuvent me tuer, ils ne peuvent me nuire. » (Platon, Apologie de Socrate).

    La mort de Socrate

    Jacques-Louis David, La mort de Socrate (1787), conservé au Metropolitan Museum of Art de New York

    Jacques-Louis-David--La-mort-de-Socrate--1787---conserv--au-Metropolitan-Museum-of-Art-de-New-York-copie-1.jpg

    Socrate est mort le 7 mai 399 av. J.-C., condamné à boire la ciguë, après avoir été accusé d'impiété et de corruption de la jeunesse, comme le rapporte Xénophon dans les Mémorables :La mort de Socrate reste un fondement de la philosophie moderne, des attitudes et comportements face à la mort elle-même; les héros homériques laissent place aux héros pensants, mourir pour ce que l'on croit devient, à l'époque, aussi prestigieux que de mourir par les armes. C'est par sa mort que Socrate influença le monde.

    Wikipedia     SUITE:   http://fr.wikipedia.org/wiki/Socrate

    « DIAPORAMA: PHOTOS NOIRES ET EN COULEURSChevreuils au Bas St-Laurent »

  • Commentaires

    18
    Mercredi 2 Avril 2008 à 04:32
    Personnage haut en couleurs... je me souviens que mon père parlait parfois de lui, lorsqu'il avançait une pensée phylosophique
    17
    Vendredi 21 Mars 2008 à 23:36
    Bien le bonjour et de bonnes fêtes de Pâques ! A très bientôt....
    16
    Vendredi 21 Mars 2008 à 23:24
    Coucou Nadia c'est super de nous faire découvrir toutes ces choses sur Socrate.
    Gros bisous,
    15
    Vendredi 21 Mars 2008 à 23:07
    Rappeler des événements de l'Antiquité... c'est une bonne chose.

    Gros bisous, Nadia ! Bon weekend...
    14
    Vendredi 21 Mars 2008 à 22:58

    cette fois ci l'ordi est réparé pour de bon !!!
    gros bisous
    pat
    13
    Vendredi 21 Mars 2008 à 21:22
    Bonsoir Nadia... Et oui le grans Socrate.... Bonne continuation je vais éteindre et me reposer le dos... A bientôt !
    12
    Vendredi 21 Mars 2008 à 21:12
    En l'an 2000, lors de notre voyage en Grèce, j'ai rapporté une petite statue de Socrate. Bien bel article. Bisous du soir Nadia
    11
    Vendredi 21 Mars 2008 à 20:28
    bonsoir
    un bel article sur Socrate, tu as bien travaillé et fais de bonnes recherches, au moins on en connait plus sur cet homme dont je ne connaissais pas grand chose
    bonne soirée
    doque
    10
    Vendredi 21 Mars 2008 à 20:18
    Je viens te souhaiter un bon week end  Nadia.
    Bises.
    9
    Vendredi 21 Mars 2008 à 19:47
    Belle étude !
    LIZAGRECE
    8
    Vendredi 21 Mars 2008 à 16:57
    coucou nadia
    quelle mort horrible pour cet homme savant !
    bises de béa
    7
    Vendredi 21 Mars 2008 à 16:56
    le buste est superbe!
    6
    Vendredi 21 Mars 2008 à 14:42
    coucou!
    ca me rappelle mes cours de philo de terminale! ou la la c'est loin! lol
    5
    Clo
    Vendredi 21 Mars 2008 à 14:27
    Encore une victime de son temps ! Malheureusement, cette mort lui aura valu la postérité.
    Merci pour cet article Nadia.
    p/ : toujours pas d' hirondelles. je te tiendrai au courant
    4
    Vendredi 21 Mars 2008 à 13:22
    merci pour ces informations, je suis sûre que beaucoup de personnes ne le connaissent même pas !
    ce matin je suis allée chez le coiffeur afin de cacher les cheveux blancs, c'est une catastrophe, ils arrivent de plus en plus vite, il faudra peut-être un jour passer le cap de la teinture ..mais bon
    bises Mamy ANNICK
    3
    Vendredi 21 Mars 2008 à 11:04

    Bonjour Nadia, nous sommes sous la neige.... ne te faisons concurrence... merci d'évoquer Socrate que j'aime bien relire parfois.. un très bel article. merci à toi.

    plein de gros bisous

    chantal

    2
    Vendredi 21 Mars 2008 à 09:20

    Un grand merci pour cette page de culture... J'aime beaucoup ta démarche... merci.

    Passes de Joyeuses Pâques !

    1
    Vendredi 21 Mars 2008 à 07:03

    Meric pour cet article interessant , bonne journée Nadia , bises .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :