• L'Avantage de la science. (Fable de Lafontaine)


      

    Jean de La Fontaine — Fables

    L’Avantage de la science, Livre V111, fable X1X
     

    publié dans la communauté "Réflexion sur divers thèmes"  géré par nadia-vraie

      

    Entre deux Bourgeois d’une Ville
    S’émeut jadis un differend.
    L’un eſtoit pauvre, mais habile ;
    L’autre riche, mais ignorant.

    Celuy-cy ſur ſon concurrent
    Vouloit emporter l’avantage :
    Prétendoit que tout homme ſage
    Eſtoit tenu de l’honorer.
    C’eſtoit tout homme ſot ; car pourquoy reverer
    Des biens dépourveus de merite ?
    La raiſon m’en ſemble petite.
    Mon amy, diſoit-il ſouvent
    Au ſçavant,
    Vous vous croyez conſiderable ;
    Mais, dites-moy, tenez-vous table ?
    Que ſert à vos pareils de lire inceſſamment ?
    Ils ſont toûjours logez à la troiſiéme chambre,
    Veſtus au mois de Juin comme au mois de Decembre,
    Ayant pour tout Laquais leur ombre ſeulement.
    La Republique a bien affaire

    De gens qui ne dépenſent rien :
    Je ne ſçais d’homme neceſſaire
    Que celuy dont le luxe épand beaucoup de bien.
    Nous en uſons, Dieu ſçait : notre plaiſir occupe
    L’Artiſan, le vendeur, celuy qui fait la jupe,
    Et celle qui la porte, & vous qui dédiez
    À Meſſieurs les gens de Finance
    De méchants livres bien payez.
    Ces mots remplis d’impertinence
    Eurent le ſort qu’ils méritoient.
    L’homme lettré ſe teut, il avoit trop à dire.
    La guerre le vengea, bien mieux qu’une ſatyre.
    Mars détruiſit le lieu que nos gens habitoient.
    L’un & l’autre quitta ſa Ville.
    L’ignorant reſta ſans azile ; 

    Il receut par tout des mépris :
    L’autre receut par tout quelque faveur nouvelle.
    Cela décida leur querelle.
    Laiſſez dire les ſots ; le ſçavoir a ſon prix.

     

     

    Fable, Jean De La Fontaine

    L'Avantage de la science. Livre V111, fable 19

     

    L'AVANTAGE DE LA SCIENCE

     

                Entre deux Bourgeois d'une Ville 
                S'émut (1)jadis un différend. 
                L'un était pauvre, mais habile, 
                L'autre riche, mais ignorant. 
                Celui-ci sur son concurrent 
                Voulait emporter l'avantage : 
                Prétendait que tout homme sage 
                Etait tenu de l'honorer. 
    C'était tout homme sot ; car pourquoi révérer 
                Des biens dépourvus de mérite ? 
                La raison m'en semble petite. 
                Mon ami, disait-il souvent 
                                  Au savant, 
                Vous vous croyez considérable ; (2)
                Mais, dites-moi, tenez-vous table ? (3)
    Que sert à vos pareils de lire incessamment ? (4)
    Ils sont toujours logés à la troisième chambre, 
    Vêtus au mois de Juin comme au mois de décembre, 
    Ayant pour tout Laquais leur ombre seulement. 
                La République a bien affaire 
                De gens qui ne dépensent rien : 
                Je ne sais d'homme nécessaire 
    Que celui dont le luxe épand beaucoup de bien. 
    Nous en usons, Dieu sait : notre plaisir occupe 
    L'artisan, le vendeur, celui qui fait la jupe, 
    Et celle qui la porte, et vous, qui dédiez 
                À Messieurs les gens de finance 
                De méchants livres bien payés. 
                Ces mots remplis d'impertinence 
                Eurent le sort qu'ils méritaient. 
    L'homme lettré se tut, il avait trop à dire. 
    La guerre le vengea bien mieux qu'une satire. 
    Mars détruisit le lieu que nos gens habitaient. 
                L'un et l'autre quitta sa ville. 
                L'ignorant resta sans asile ; 
                Il reçut partout des mépris : 
    L'autre reçut partout quelque faveur nouvelle. 
                Cela décida leur querelle. 
    Laissez dire les sots ; le savoir a son prix.

     

    Source: http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/cervign.htm

    ==============

     

    fable

     

     

    retour à l'accueil

     

    « Roche volcan? (Communauté"Petites et grosses roches, rochers, toutes formes") Le geai bleu.(1) dans la forêt. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    13
    Jeudi 12 Décembre 2013 à 19:00

    dans la vie tout le monde ne peut être intelligent certains sont plus manuels que les autres et tous les  deux devraient s'unir pour bâtir le monde

    12
    Jeudi 12 Décembre 2013 à 17:45

    je vais t'avouer quelque chose : je ne comprends pas bien cette fable

    que veut-il dire au juste ?

    ça me paraît un peu compliqué :

    a falloir que tu m'expliques !!!!!

    biz de Kass

     

    11
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 22:51
    erato:

    Je me rappelle , je devais en classe de première faire une étude de cette fable !! Douce soirée, bises Nadia

    10
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 20:51

    Bonsoir Nadia , j'aime bien les fables de La Fontaine en vieux français , bien que plus difficile a comprendre ! J'ai toujours des poussées de tension , plusieurs fois par semaine , des examens sont prévus dans  les jours a venir, j'espére que pour toi tout va pour le mieux coté santé . Bonne soirée , bisous 

    9
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 20:08

    bonsoir Nadia, j'avais un livre en vieux Français et comme ma petite fille travaille bien au collège, elle apprend aussi Latin et Grec je le lui ai donné, elle fera bon usage

    pour la photo du jour, je le fais toujours avec humour, toujours en rapport avec les voyages ou l'été !!!

    bisous

    8
    Mary de Bx
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 19:01

    Bonjour Nadia heu ): j'ai du mal à comprendre la 1ère version ...mais je sors de mon lit avec un petit état gripal et une gastro depuis lundi soir mais ça va mieux :)) Bonne journée à toi Mary

    7
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 17:22

    Coucou Nadia,

    J'ai essayé de lire le vieux français mais, je n'y ai pas compris grand chose ...

    Ouf, la traduction était là...je me sens mieux comme cela .

    Bises ma petite Nadia.

    6
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 16:27
    TititeParisienne*

    Bonsoir Nadia,

    En vieux français c'est pas facile à lire et à comprendre surtout, tu y arrives toi ?

    Je te souhaite une très bonne journée, amitié, Véronique

     

    5
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 11:12

    Bonjour Nadia, c'est vrai qu'en vieux "françois" c'est beaucoup plus difficile à lire mais que j'aime Lafontaine.

    Je te souhaite une bonne semaine avec mille bisous

    chatou

    4
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 11:08
    JosephGuégan

    Merci pour cette fable que je ne connaissais pas.

    3
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 10:19

    Passe une bonne journée bisous

    2
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 09:21
    la griffe du loup

    justement ce jour la fontaine de la fontaine sur mon site ,belle journée

    1
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 07:49

    Intarissable ce Jean de la Fontaine. Merci du partage. Bises et bon mardi. ZAZA

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :