• IRMA LEVASSEUR (PREMIÈRE FEMME MÉDECIN CANADIENNE-FRANÇAISE "






    J'ai voulu rendre hommage à cette grande Dame oubliée.

    Je place ici la fin de l'article qui vous incitera à lire sa biographie.






    La Dre Irma LeVasseur est décédée en janvier 1964 sans avoir droit
     à l'éloge et à la reconnaissance de la presse et de ses pairs.
    C'est dans la solitude et la pauvreté qu'elle s'éteint,
    fin quasi pathétique pour une pionnière qui a tout donné
    pour sa province et son pays ainsi que pour les enfants.
    Toute sa vie elle aura combattu pour aller au bout de ses rêves,
    soit ceux d'aider les autres et d'exercer la profession qu'elle aimait tant.
    On doit sans doute à la Dre LeVasseur l'entrée des femmes québécoises
    dans les facultés de médecine au Québec et les hôpitaux pédiatriques
    .

















    Née à Québec, cette jeune femme aux grandes aspirations devient
     en 1900 la première Québécoise à obtenir un diplôme de médecine.
     En effet, devant le refus des universités québécoises d'accepter
    les candidatures féminines, elle se rend à l'Université Saint-Paul,
     au Minnesota, et complète ses études de médecine.

     De retour au Québec en 1903, c'est par une loi spéciale du Parlement
    qu'elle peut être admise au Collège des médecins et chirurgiens
    de la province de Québec. Dès ses premières années de travail
    à Montréal elle est troublée par l'ampleur du problème
    de la mortalité infantile et se donne pour mission d'assainir la santé publique.

     En 1907, elle dirige un comité qui veut poser des actions concrètes
    pour venir en aide aux mères nécessiteuses et aux enfants souffrant
    de malnutrition. En 1908, elle appuie Justine Lacoste-Beaubien
    dans la fondation de l'hôpital Sainte-Justine.
    Avec l'aide de deux collègues,
    elle fonde en 1923 l'hôpital de l'Enfant-Jésus de Québec
    qu'elle financera avec ses propres économies

     

    http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/biographies/298.html

     

    Irma Levasseur 1877-1964 est la première femme médecin
    Canadienne-Française et la co-fondatrice de l'hôpital pour enfant
    montréalais Sainte-Justine.

    Elle fait ses études de médecine aux États-Unis, à l'Université Saint-Paul
    du
    Minnesota car les universités québécoises refusent systématiquement
    les femmes dans leur salles de cours.
     De 1900 à 1903, elle pratique la médecine aux États-Unis avant de
     pouvoir le faire au Canada.

    Elle obtient son droit de pratique au Québec en 1903 à la suite de
    l'adoption d'un
    projet de loi privé à l'Assemblée nationale du Québec
     permettant cette exception à
    l'interdiction de pratique médicale opposée aux femmes.
     Elle devient ainsi la quatrième femme médecin du Québec
     et la première Canadienne-Française à exercer cette profession
    dans la province, puisque les trois consœurs l'ayant précédée étaient toutes protestantes et anglophones.
     En
    1907, à la suite d'une formation en Europe, elle devient une
    spécialiste en
    chirurgie et en pédiatrie.

    En 1907, avec l'aide de Justine Lacoste-Beaubien, et de médecins
    qu'elle a recrutés (dont
    Séverin Lachapelle), Irma Levasseur fonde
    l'
    hôpital Sainte-Justine de Montréal dans un batiment résidentiel
    de la
    rue Saint-Denis.

    En 1915, elle se rend en Serbie pour y soigner les victimes de la guerre.
     En
    1923, elle fonde avec deux collègues un autre hôpital pédiatrique
    l'hôpital de l'Enfant-Jésus, à Québec.


    Pendant les dernières années de sa vie, elle vit recluse à Québec,
    et est internée pendant une brève période à l'hôpital Saint-Michel-Archange
    parce que certains croient qu'elle a perdu la raison.
    Elle s'éteint seule et dans la pauvreté en janvier 1964.

    Honneurs

    La Bourse Irma-Levasseur, créée en son honneur, est remis
    par le Secrétariat à la Condition féminine à une fille ou
    à une équipe de deux filles de 4e secondaire ou plus qui a manifesté concrètement de l'intérêt à étudier en science ou en technologie.

    Le Mont Irma-Levasseur est situé dans la région de Québec, entre Charlesbourg
    et St-Émile.


    http://fr.wikipedia.org/wiki/Irma_Levasseur




     


     

    Pédiatre et cofondatrice de l'hôpital Sainte-Justine pour enfants de Montréal

    Qui était la Dre Irma LeVasseur? On a peu écrit sur cette femme qui a changé l'histoire
    de la médecine au Québec. Née à Québec, en 1878, dans une famille d'artistes,
    elle avait pour mère, Fédora Venner, cantatrice, et pour père, Louis-Nazaire LeVasseur,
    écrivain et journaliste.

    Elle a reçu l'éducation que toutes les jeunes filles de son âge recevaient à ce moment-là;
    rien ne laisse penser qu'on l'ait encouragée ou découragée à s'engager dans la voie
    qu'elle a suivie. Ses études de base terminées, la jeune Irma a dû faire un choix,
    et elle a décidé de faire carrière en médecine. À l'époque, aucune université canadienne
    n'acceptait les femmes en médecine. Pour poursuivre ses études, elle a dû s'exiler aux États-Unis.

    Irma étudie au Minnesota durant environ six ans et y obtient son doctorat en médecine.
    À son retour au Québec, en 1900, elle doit attendre trois ans avant d'obtenir le droit de
    pratiquer sa profession. Ce n'est qu'en avril 1903, grâce à un projet de loi privé, qu'elle
    pourra enfin être admise au Collège des médecins et chirurgiens de la province de Québec
    et exercer la médecine. Durant cette période d'attente, elle œuvre comme médecin aux États-Unis.

    Revenue dans son Québec natal, elle est touchée et attristée par le manque de soins dont
    souffrent les enfants malades. Elle décide donc d'aller approfondir ses connaissances
    en maladies infantiles en Europe. En 1908, après son séjour outre-mer, elle fait la connaissance
    de madame De Gaspé-Beaubien avec qui elle fonde l'hôpital Sainte-Justine,
    où elle met en pratique ses nouvelles connaissances en pédiatrie. En 1915, répondant
     à un appel à l'aide lancé auprès des médecins canadiens, elle se rend en Serbie où
    elle passe deux ans à se dévouer et à combattre fatigue, bombes et maladies.

    Rien n'arrête cette pionnière de la médecine québécoise. En 1918, elle travaille à New York
     pour la Croix-Rouge. En 1922, de retour au Québec, elle investit ses économies
    dans la fondation de l'hôpital de l'Enfant-Jésus jusqu'en 1927; insatisfaite de l'administration,
    elle quitte l'hôpital et fonde, dans les faubourgs de Saint-Jean-Baptiste,
    sa propre clinique pour enfants handicapés. L'idée lui est venue aussi d'ouvrir une école
    pour jeunes infirmes qui deviendra la future école Cardinal-Villeneuve.

    Non seulement Mme LeVasseur avait une passion pour la médecine, mais elle manifestait
    du talent pour la peinture; elle a été l'une des premières élèves à s'inscrire à l'École
    des Beaux-Arts à son ouverture, en 1920.

    Mais toutes ces réalisations se sont déroulées dans l'ombre et le silence.
     Ce n'est qu'en 1950, lors de son
    jubilé d'or fêté par le Cercle des femmes universitaires,
    qu'on a célébré ses accomplissements, son courage et sa persévérance.


    La Dre Irma LeVasseur est décédée en janvier 1964 sans avoir droit
    à l'éloge et à la reconnaissance de la presse et de ses pairs.
    C'est dans la solitude et la pauvreté qu'elle s'éteint,
     fin quasi pathétique pour une pionnière qui a tout donné pour sa
    province et son pays ainsi que pour les enfants.
    Toute sa vie elle aura combattu pour aller au bout de ses rêves,
    soit ceux d'aider les autres et d'exercer la profession qu'elle aimait tant.
    On doit sans doute à la Dre LeVasseur l'entrée des
    femmes québécoises dans les facultés de médecine
    au Québec et les hôpitaux pédiatriques
    .


    http://www.collectionscanada.gc.ca/women/002026-408-f.html

     




     






    « Les 5 articles les plus lus et les plus commentés en octobre.QUELQUES MOTS DE MOI.CITATIONS: Marcel Proust,Claude Aveline,Henri Bataille,Jean de La Fontaine,Bussy-Rabutin,Confucius,Clemenceau (Georges),Duhamel (Georges),Camus (Albert),Lagerkvist (Pär). »

  • Commentaires

    10
    Lundi 21 Juin 2010 à 23:06

    Salam ,

    Merci pour cet article

    C'est vrai que les femmes medecins sont bcp dans les hopitaux a montreal, je vois ca a Saint justin et Sacré coeur et hopital montreal nord

     

    Choukran une autre fois

     

     

    <a href="http://alhijra.info">الهجرة الى كندا  </a>

    <a href="http://apprendrearabe.org">Apprendre l'arabe</a>

    <a href="http://commentfairefortune.net">comment faire fortune</a>

    9
    Samedi 7 Novembre 2009 à 17:33
    Un article très intéressant où j'ai appris beaucoup de choses sur cette femme. Quelle ambition pour une femme à cette époque d'aller vers la médecine... elle aura donner tout ce qu'elle avait aider les gens, elle a combattu les interdits et elle est décédée ainsi... c'est le plus triste dans cette histoire et combien de gens ainsi ont fini comme cela. Reconnut seulement après leur mort... c'est touchant et malgré tout elle a été tout de même la 1ère femme médecin au travers tout cela.
    8
    kat
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 21:03
    impressionnate cette dame!!....
    bises
    7
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 20:22
    Je n'avais jamais entendu parler de cette femme médecin. Ton article est intéressant et c'est une bonne idée que de rendre hommage à des personnes inconnues ou mal connues, qui ont pourtant beaucoup oeuvré pour l'amélioration de la condition humaine. 
    Pascale
    6
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 14:57
    Merci de me l'avoir fait connaitre ...
    Bonne fin de journée..
    Bizzzz Clic....
    5
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 10:19
    Merci Nadia de m'avoir fait connaitre cette Dame , je ne la connaissais pas , et pourtant c'est quelqu'un . Je vais potasser sa biographie qui m'intéresse de part ma profession : infirmière puéricultrice .C'est regrettable qu'elle ne soit pas plus connue.
    Merci aussi pour la video de la new , elle est extraordinaire , tu nous gâtes.
    Bonne journée , bisous
    4
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 08:03
    certaines traditions ou coutumes ancestrales sont ridicules et doivent etre reformés. Bravo de faire un hommage aux gens oubliés et qu'ils le meritent .
    bisous
    pat
    3
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 06:50
    Triste fin pour une grande dame.... C'est bien de lui rendre hommage.
    Bises
    2
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 06:28
    pour ce qui est de la photo, tu me verras en photo dans l'article demercrdi sur le Machu Picchu, tout en haut avec mon mari qui porte un chapeau et la cité dernière nous en fond ...
    merci pour ta gentillesse en ce qui concerne ta proposition d'aide
    à bientôt
    1
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 06:15
    honneur à toi de l'avoir mise à l'honneur et combien de femmes encore ont été ainsi mise dans les oubliettes !
    bonne journée
    bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :