• Fable de Lafontaine (L’Âne portant des reliques)(L’Aſne veſtu de la peau du Lion.)

     

     

     

     

     

     

        


     Jean de La Fontaine

          Livre v • Fable XIV.

      

     

    L’Aſne portant des Reliques


    Un Baudet, chargé de Reliques,
          S’imagina qu’on l’adoroit.
          Dans ce penſer il ſe quarroit,
    Recevant comme ſiens l’Encens et les Cantiques.

     

      Quelqu’un vit l’erreur, & lui dit :
    Maiſtre Baudet, oſtez-vous de l’eſprit
          Une vanité ſi folle :
          Ce n’eſt pas vous, c’eſt l’Idole
          À qui cet honneur ſe rend,
          Et que la gloire en eſt deuë.
          D’un Magiſtrat ignorant
          C’eſt la Robe qu’on ſaluë.

     

    ====================

     

     

    L’Âne vêtu de la peau du Lion

    Jean de La Fontaine

    LIVRE CINQUIÈME 

     XXI.


    L’Aſne veſtu de la peau du Lion.

    De la peau du Lion l’Aſne s’étant veſtu,
    Eſtoit craint par tout à la ronde ;
    Et bien qu’animal ſans vertu,
    Il faiſoit trembler tout le monde.

    Un petit bout d’oreille échapé par malheur,
    Découvrit la fourbe & l’erreur.
    Martin fit alors ſon office.
    Ceux qui ne ſçavoient pas la ruſe & la malice,
    S’estonnoient de voir que Martin
    Chaſſaſt les Lions au moulin.

    Force gens font du bruit en France,
    Par qui cet Apologue eſt rendu familier.
    Un équipage cavalier
    Fait les trois quarts de leur vaillance.

     

    =====================

     

    L'âne portant des reliques.

    Un Baudet, chargé de Reliques, 
    S'imagina qu'on l'adorait. 
    Dans ce penser il se carrait, 
    Recevant comme siens l'Encens et les Cantiques. 
    Quelqu'un vit l'erreur, et lui dit : 
    Maître Baudet, ôtez-vous de l'esprit 
    Une vanité si folle. 
    Ce n'est pas vous, c'est l'Idole 
    A qui cet honneur se rend, 
    Et que la gloire en est due. 
    D'un Magistrat ignorant 
    C'est la Robe qu'on salue. 

    --------------------------------

     

    L'Ane vêtu de la peau du lion. 

    De la peau du Lion l'Ane s'étant vêtu 
    Etait craint partout à la ronde, 
    Et bien qu'animal sans vertu, 
    Il faisait trembler tout le monde. 
    Un petit bout d'oreille échappé par malheur 
    Découvrit la fourbe et l'erreur. 
    Martin fit alors son office. 
    Ceux qui ne savaient pas la ruse et la malice 
    S'étonnaient de voir que Martin 
    Chassât les Lions au moulin. 
    Force gens font du bruit en France, 
    Par qui cet Apologue est rendu familier. 
    Un équipage cavalier 
    Fait les trois quarts de leur vaillance. 

    =========================

     

     

    Un petit vote s.v.p.  

     

     


    Rendez-vous sur Hellocoton ! Related Posts with Thumbnails

    « Reflets des arbres sur l'eau.(communauté "Le grand miroir").Ville de France ou d'ailleurs (90 ième thème des photographes du dimanche) »

  • Commentaires

    4
    cath l
    Samedi 6 Avril 2013 à 23:54

    hé oui! On ne peut toujours nous tromper!!

    3
    Dimanche 28 Août 2011 à 22:25

    J'aime beaucoup ces fables , satire du monde actuel! Bonne soirée, bisous Nadia

    2
    Dimanche 28 Août 2011 à 17:40

    celles ci ne sont guère connues

    1
    Samedi 27 Août 2011 à 07:41

    Bonjour Nadia,

    ..un petit passage rapide pour te souhaiter un bon w-end! gros bisous, Mireille

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :