• Fable de Lafontaine (L'amour et la folie)

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les fables seront publiés en vieux français et en français.    

     

     

     

          Jean de La Fontaine

     

          LIVRE DOUZIÈME

     

    FABLE XIV.

    L’Amour & la Folie.

     

    TOUT eſt myſtere dans l’Amour,
    Ses Fléches, ſon Carquois, ſon Flambeau, ſon Enfance.

    Ce n’eſt pas l’ouvrage d’un jour,

    Que d’épuiſer cette Science.

    Je ne pretends donc point tout expliquer ici.
    Mon but eſt ſeulement de dire à ma maniere

    Comment l’Aveugle que voici

    (C’eſt un Dieu) comment, dis-je, il perdit la lumiere :
    Quelle ſuite eut ce mal, qui peut-être eſt un bien.
    J’en fais juge un Amant, & ne décide rien.

    La Folie & l’Amour joüoient un jour enſemble.
    Celui-ci n’étoit pas encor privé des yeux.
    Une diſpute vint : l’Amour veut qu’on aſſemble

    Là deſſus le Conſeil des Dieux.

    L’autre n’eut pas la patience.

    Elle lui donne un coup ſi furieux

    Qu’il en perd la clarté des Cieux.

    Venus en demande vengeance.

    Femme & mere il ſuffit pour juger de ſes cris :

    Les Dieux en furent étourdis,

    Et Jupiter, & Némeſis,

    Et les Juges d’Enfer, enfin toute la bande.
    Elle repreſenta l’énormité du cas.
    Son fils ſans un bâton ne pouvoit faire un pas.
    Nulle peine n’étoit pour ce crime aſſez grande.
    Le dommage devoit être auſſi réparé.

    Quand on eut bien conſideré

    L’interêt du Public, celui de la Partie,
    Le Reſultat enfin de la ſuprême Cour

    Fut de condamner la Folie

    À ſervir de guide à l’Amour.


     Fables de La Fontaine : Barbin & Thierry | Georges Couton

     

    ===================

     

     

    L'Amour et la Folie

    Tout est mystère dans l'Amour,
    Ses flèches, son Carquois, son Flambeau, son Enfance.
    Ce n'est pas l'ouvrage d'un jour
    Que d'épuiser cette Science.
    Je ne prétends donc point tout expliquer ici.
    Mon but est seulement de dire, à ma manière,
    Comment l'Aveugle que voici
    (C'est un Dieu), comment, dis-je, il perdit la lumière ;
    Quelle suite eut ce mal, qui peut-être est un bien ;
    J'en fais juge un Amant, et ne décide rien.
    La Folie et l'Amour jouaient un jour ensemble.
    Celui-ci n'était pas encor privé des yeux.
    Une dispute vint : l'Amour veut qu'on assemble
    Là-dessus le Conseil des Dieux.
    L'autre n'eut pas la patience ;
    Elle lui donne un coup si furieux,
    Qu'il en perd la clarté des Cieux.
    Vénus en demande vengeance.
    Femme et mère, il suffit pour juger de ses cris :
    Les Dieux en furent étourdis,
    Et Jupiter, et Némésis,
    Et les Juges d'Enfer, enfin toute la bande.
    Elle représenta l'énormité du cas.
    Son fils, sans un bâton, ne pouvait faire un pas :
    Nulle peine n'était pour ce crime assez grande.
    Le dommage devait être aussi réparé.
    Quand on eut bien considéré
    L'intérêt du Public, celui de la Partie,
    Le résultat enfin de la suprême Cour
    Fut de condamner la Folie

    A servir de guide à l'Amour.

    =========================

     

     

     

     


     


    Rendez-vous sur Hellocoton ! Related Posts with Thumbnails

    « Chaise à un endroit insolite (Pour la communauté"Les rendez-vous de l'insolite")Voyage en France (24) paysages. »

  • Commentaires

    7
    Mercredi 4 Mai 2011 à 22:21

    Et peut être de là , on parle d'amour fou!!!!J'aime beaucoup les fables, merci Nadia , bonne soirée ,bisous

    6
    Mercredi 4 Mai 2011 à 21:21

    bonjour

    Il est toujours d'actualités.

    bonne soirée

    clem

    5
    Mercredi 4 Mai 2011 à 18:47

     Gifs 

    Bonjour Nadia

    C'est superbe en vieux "françois" ! 

    Je te souhaite une bonne fin de journée.

    Gros bisous. 

    Marishka 

     

    4
    Mercredi 4 Mai 2011 à 14:16

    Toutes les fables de ce grand homme sont superbes !

    amitie.gif

    3
    Mercredi 4 Mai 2011 à 14:02

    Bonjour Nadia

    Un piniouf de corbac

    sur un touffu planqué

    se passait par la gueule un coulant baraqué

    Maître goupil qui s'trimbalait par là lui dit : si tu chante aussi bien qu't'es nippé

    t'auras la plus belle gueule du quartier

    Maître Corbeau ne se sentant plus pisser ouvrit un large bec et le coulant barraqué à moitié bouffé tomba dans le gueule du goupil qui lui dit en se tappant sur le bide : moralité t'aurais mieux fait d'la fermer !

    Version du corbeau et du renard en argot français.

    Me voila sorti un peu de mon canapé et je profite du soleil.

    Je vais tacher de ratrapper mon retard en ce qui concerne mes participations sur les blogs amis.

    J'espère que tu vas bien

    Je te souhaite une très bonne journée

    Gros bisous

    @lain

    2
    Mercredi 4 Mai 2011 à 06:51

    bonjour Nadia,

    je m'amuse à essayer de lire le texte sans la "traduction", c'est dur mais amusant!

    bonne journée, bises, Mireille

    1
    Mercredi 4 Mai 2011 à 06:22

    Coucou,

    Je reviens après 3 semaines de nos blog

    Les vacances scolaires avec Océane se sont bien passées.

    Désolée pour le copié/collé mais je voudrai

    Vous remercier pour vos passages et messages sur mon blog

    Pendant mon absence

     

    Gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :