• Fable de Jean de La Fontaine: L’Aigle et le Hibou

     

     

     

     

     

     

     

     

    tbj6

     

     

     

     

    280px-L-Aigle_et_le_Hibou.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Jean de La Fontaine Fables
    Livre 5 • Fable 18

     

    L’Aigle et le Hibou

     

    L’Aigle et le Chat-huant leurs querelles cessèrent,
    Et firent tant qu’ils s’embrassèrent.
    L’un jura foi de Roi, l’autre foi de Hibou,
    Qu’ils ne se goberaient leurs petits peu ni prou.
    5
    « Connaissez-vous les miens ? dit l’Oiseau de Minerve.
    — Non, dit l’Aigle. — Tant pis, reprit le triste Oiseau.
    Je crains en ce cas pour leur peau :
    C’est hasard si je les conserve.
    Comme vous êtes Roi, vous ne considérez
    10
    Qui ni quoi. Rois et Dieux mettent, quoi qu’on leur die,
    Tout en même catégorie.
    Adieu mes Nourrissons si vous les rencontrez.
    — Peignez-les-moi, dit l’Aigle, ou bien me les montrez,
    Je n’y toucherai de ma vie. »
    15
    Le Hibou repartit : « Mes petits sont mignons,
    Beaux, bien faits, et jolis sur tous leurs compagnons.
    Vous les reconnaîtrez sans peine à cette marque.
    N’allez pas l’oublier ; retenez-la si bien
    Que chez moi la maudite Parque
    20
    N’entre point par votre moyen. »
    Il avint qu’au Hibou Dieu donna géniture,
    De façon qu’un beau soir qu’il était en pâture,
    Notre Aigle aperçut d’aventure,
    Dans les coins d’une roche dure,
    25
    Ou dans les trous d’une masure
    (Je ne sais pas lequel des deux),
    De petits monstres fort hideux,
    Rechignés, un air triste, une voix de Mégère.
    « Ces enfants ne sont pas, dit l’Aigle, à notre ami,
    30
    Croquons-les. » Le Galand n’en fit pas à demi.
    Ses repas ne sont point repas à la légère.
    Le Hibou de retour ne trouve que les pieds
    De ses chers Nourrissons, hélas ! pour toute chose.
    Il se plaint, et les Dieux sont par lui suppliés
    35
    De punir le brigand qui de son deuil est cause.
    Quelqu’un lui dit alors : « N’en accuse que toi
    Ou plutôt la commune Loi,
    Qui veut qu’on trouve son semblable
    Beau, bien fait, et sur tous aimable.
    40
    Tu fis de tes enfants à l’Aigle ce portrait :
    En avaient-ils le moindre trait ? »

     

    http://fr.wikisource.org/wiki/L%27Aigle_et_le_Hibou

     

     

     

     

     

    Rendez-vous sur Hellocoton ! Related Posts with Thumbnails

    « Paysage d'automneLe cerveau à tous les niveaux(09) le corps en mouvement:(2)les ganglions de la base »

  • Commentaires

    15
    Mercredi 17 Novembre 2010 à 23:49

     

    J'aime ! Bisssssss

      

    Miaou... miaou... miaou... miaou... miaou... miaou...

     

     

    14
    Mercredi 17 Novembre 2010 à 04:57

    bonjour NADIA

     

    PERSONNE NE PEUT DIRE

    A JEAN DE LA FONTAINE

    JE NE POURRAIS LIRE TES FABLES

    TELLEMENT L'HOMME EST GRAND

     

    BON MERCREDI

    BISOUS

     

         MELDIX77     

        le Briard          Breton     

     

    ET + 1

    BON CAP

    13
    Mardi 16 Novembre 2010 à 22:25

    Il était un fin poête

    bonne soirée

    clem

    12
    Mardi 16 Novembre 2010 à 22:12

    Très beau poème et quelle leçon ! La vantardise, un vilain défaut ! Merci de ton passage sur mon blog. J'ai essayé de te répondre par mail mais ça ne fonctionne pas. a bientôt !

    11
    Mardi 16 Novembre 2010 à 22:08

    Cet auteur est incontournable, les histoires racontées sous forme de poèmes sont encore d'actualité de nos jours!
    Crois-tu que ce la veut dire que nous n'avons pas avancé autant qu'on veut bien le faire croire?
    Oui, pendant quelques temps je n'irai que sur les blogs dont j'aurai eu un petit mot, ce qui ne m'empêchera pas de jeter un oeil sur les titres des blogs où je suis abonnée.
    Je ne comprends pas certains comportements, il ne me viendrait pas à l'idée d'aller lire chez quelqu'un sans laisser un petit signe, même rien qu'un petit bonjour... C'est peut-être moi l'idiote dans l'histoirte!
    Passe une bonne nuit

    Bisou amical
    Viviane

    10
    Mardi 16 Novembre 2010 à 21:23

    Je ne connaissais pas cette fable.Il est bien vrai que toute Maman trouve ses petits les plus beaux ! Bonne soirée, bises Nadia

    9
    Mardi 16 Novembre 2010 à 20:56

    bonsoir NADIA
    Je ne me rappelais pas de ce joli conte !!!
    merci pour cette publication !!
    bisous   lady marianne

    8
    Mardi 16 Novembre 2010 à 19:58

    Coucou Nadia

    J'aime tant les Fables de La Fontaine  que je ne m'en lasse pas !

    Bises félines du mardi soir

    Béa kimcat

    7
    Mardi 16 Novembre 2010 à 18:31

    Bonjour Nadia

    J'adore les fables de La Fontaine ! la façon dont il les écrivait : superbe ! On devrait utiliser ces expressions et ce langage, on en étonnerait plus d'un !

    Bonne soirée et gros bisous Marishka

    6
    Mardi 16 Novembre 2010 à 14:43

    Comme dirait Staicy ma petite fille, je le connais .....je te souhaite une douce semaine, en espérant la pluie ne va pas continuer à faire des dégâts - bisous Mamy ANNICK

     

    Merci pour ta signature dans mon Guestboock

    5
    Mardi 16 Novembre 2010 à 14:22

    Je ne la connaissais pas. Pas évident de tout bien comprendre, avec ce vieux français !

    4
    Mardi 16 Novembre 2010 à 10:22

    Pas la plus connue mais pas la moins interessante non plus, un grand classique !

    3
    Mardi 16 Novembre 2010 à 09:13

    Tiens, je ne la connaissais pas cette fable, elle est superbe bon mardi !

    bisous_kitty.gif

    2
    Mardi 16 Novembre 2010 à 08:42

    Toujours moderne ce bon Jean de La Fontaine ! c'est un plaisir de le retrouver chez toi; merci. Une bonne journée chez toi ! Ici, le ciel arrive jusqu'à par-terre, tout gris, beurk ! bisous

    1
    Mardi 16 Novembre 2010 à 07:44

    belle leçon en effet  ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :