• DORMIR RÊVER.(6 fin) (Le cerveau à tous les niveaux.)

     

     

     

     

    d 01 cr ana 1b

     

     

     

     THÈME: DORMIR RÊVER  

          Le cycle éveil - sommeil -

    rêve  

    cérébral avancé

     

     

     

          LE CERVEAU DURANT LE SOMMEIL PARADOXAL

     

    Le sommeil paradoxal, avec son EEG semblable à celui de l’éveil, est le produit de l’interaction complexe entre des noyaux du tronc cérébraldes structures du système

    limbique et des aires corticales. D’autres de ses caractéristiques étonnantes ont aussi

    des mécanismes qui ont pu être localisés. 

    C’est le cas des mouvements oculaires rapides qui surviennent durant le sommeil paradoxal et dont on ignore la fonction. Ils sont produits par la formation réticulaire pontique et transmis aux couches motrices des colliculi supérieurs. Les neurones colliculaires projettent à leur tour sur la formation réticulaire pontique paramédiane

    (FRPP) qui coordonne la durée et la direction des mouvements oculaires. 

    Autre caractéristique singulière du sommeil paradoxal dont on a localisé la source : la paralysie quasi-totale du corps qui l’accompagne. L’activité nerveuse intense enregistrée durant le sommeil paradoxal excite en effet la grande majorité des neurones corticaux, y compris ceux du cortex moteur primaire. Ces neurones moteurs génèrent ainsi

    des séquences d’activité organisées commandant des mouvements du corps

    mais seul les muscles respiratoires, oculaires, ainsi que ceux de l’oreille interne

    pourront actualiser la commande motrice. Celle-ci ne parviendra jamais jusqu’aux motoneurones des membres.

    Durant le sommeil paradoxal, l’augmentation d’activité de neurones cholinergiques

    de la protubéranceva exciter d’autres neurones de la formation réticulée pontique 

    qui utilisent le glutamate comme neurotransmetteur. Ceux-ci vont à leur tour envoyer

    des projections vers le bulbe rachidien où ils vont activer des interneurones qui

    relâchent de la glycine. Ce sont ces interneurones des noyaux réticulés bulbaires

    magnocellulaires, dont les axones descendent dans la moelle épinière,

    qui vont inhiber fortement les motoneurones en les hyperpolarisant.


    Coupe sagittale d’un cerveau de chat, modèle de choix pour l’étude du sommeil paradoxal, montrant un schéma

    simplifié de certaines structures impliquées dans le contrôle du sommeil paradoxal (Ne = Noradrénaline; 5-HT =

    Sérotonine; ACh = Acétylcholine).

    Source: adapté de Appleton & Lange, Kandel, Schwartz, Jessell, Principles of Neural Science

    Quant auxpointes ponto-géniculo-occipitales (PGO)survenant de façon

    intermittente durant le sommeil paradoxal, elles seraient elles aussi issues

    de la formation réticulée pontique. Elles se propagent ensuite jusqu’au cortex

    occipital par l’entremise du thalamus bien qu’elles soient, comme leur nom l’indique,

    plus aisément détectables dans les relais du système visuel que sont les 

    corps genouillés latéraux.

     

    Les ondes PGO font partie des différents événements phasiques du sommeil

    paradoxal qui accompagnent les mouvements oculaires rapides, les changements

    dans le rythme respiratoire et cardiaque. Elles peuvent être générées en l’absence

    de sommeil paradoxal en stimulant la protubérance avec de l’acétylcholine,

    en particulier dans la région péribrachiale. C’est dans cette région réticulaire,

    autour du pédoncule cérébelleux supérieur et sous le locus coeruleus, que sont

    générées les ondes PGO.

    Plusieurs de ces neurones qui se projettent sur le thalamus sont cholinergiques.

    Ils font une brève décharge de potentiels d’action juste avant chaque onde

    PGO du côté ipsilatéral. 

    La sérotonine du système du raphé inhibe les ondes PGO en hyperpolarisant

    ses cellules génératrices. On comprend alors pourquoi l’arrêt de l’activité des

    cellules sérotoninergiques lors du passage du sommeil lent au sommeil paradoxal

    déclenche les ondes PGO.

    Les ondes PGO peuvent être évoquées hors du sommeil paradoxal chez le sujet éveillé par un stimulus fort et soudain comme ceux qui nous font sursauter. Ceci suggère que les ondes PGO spontanées du sommeil paradoxal pourraient être générées par l’activation interne de la circuiterie neuronale du réflexe de protection.

     

    L’activité des neurones inhibiteurs pontiques affecte non seulement les motoneurones, mais aussi les noyaux des colonnes dorsales où elle entraîne, durant le sommeil paradoxal, une réduction des réponses aux stimuli somesthésiques.

     

    Certaines personnes, généralement des hommes âgés, voient défaillir le mécanisme de l’atonie musculaire qui accompagne le sommeil paradoxal ce qui peut parfois amener des blessures, soit à eux ou encore à la personne qui partage leur lit…

     

     

     

       Le contenu du site Le Cerveau à tous les Niveaux ! est sous copyleft

     Différentes méthodes vous permettent donc de reproduire ce site 

    en tout ou en partie pour en faire bénéficier le plus grand nombre.

     Le concept de " copyleft " est un moyen de donner accès gratuitement

      au fruit d'un travail original et d'encourager la reproduction (et même

     la modification) de ce travail d'une façon tout aussi gratuite.

     ===========================

     

     

    Top Sites de "Faire un Blog" 

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Related Posts with Thumbnails

    « Défi: orthographe d'usage.(1) (Apprendre en s'amusant)Pouvez-vous trouver le chat? + réponse. »

  • Commentaires

    6
    Mercredi 13 Juin 2012 à 23:34

    Fais de doux rêves !

    5
    Mercredi 13 Juin 2012 à 21:05

    Glups, je reviens lire tout ça quand j'aurais un peu plus de temps devant moi...ca a l'air interessant !

    4
    Mercredi 13 Juin 2012 à 19:30

    j'ai déjà lu que nos yeux faisaient des mouvements en dormant !! mince
    toujours pas de notifs de mails- mais c'est OB, pas orange-
    bonne continuation ! bisous !

    3
    Mercredi 13 Juin 2012 à 16:50

    dormir et tout travaille tjs dans notre corps

    2
    Mercredi 13 Juin 2012 à 16:30

    CES MOUVEMENTS DES YEUX DURANT LE SOMMEIL PARADOXAL SONT UTILISES POUR L  EMDR

    BIZZZ

    1
    Mercredi 13 Juin 2012 à 15:56

    intéressant article sur le sommeil bisous MA

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :