• Avant que les scies à chaîne soient inventées?

    Bonne fin de semaine à tous.

     

     

     

     

     

    Avant que les scies à chaînes soient inventées, l'industrie du billot aux États-Unis

    et au Canada était une occupation qui posait de sérieux défis à ses travailleurs sur

    les chantiers et nous ne parlons que d'il y a environ 125 ans. Au Nord-Ouest, sur la

    côte du Pacifique, il y avait des forêts remplies d'arbres géants et la coupe de ces arbres

    se faisait à la main. Un ami m'a envoyé ces photos et je voulais les partager avec vous.  

    Sur la photo du haut, jetez un regard sur la longueur de ce sciotte qui s'utilisait

    en tandem (2 hommes), ainsi que des haches pour travail intense (heavy duty).

    Ils n'avaient que ces outils pour abattre ces arbres immenses. C'est presque inconcevable

    de penser qu'on n'avait que cette méthode pour couper de tels arbres dans ces temps-là.

    Le travail exigeait de très forts hommes (et chevaux aussi), travaillant de longues

    journées pour peu d'argent. Pouvez-vous vous imaginer faire ce travail pour gagner votre vie?

    Après qu'un arbre soit finalement tombé, ça prenait une semaine ou plus pour le couper

    en sections qu'on pouvait (d'une façon ou d'une autre) déplacer et transporter par train

    jusqu'à une usine qui en faisait des madriers et des planches.

    Manoeuvrer ces immenses billots et les faire descendre d'une montagne jusqu'à la

    voie ferrée était un travail complexe (et hasardeux). Je n'ai fait aucune recherche

    sur ce sujet particulier mais je serais curieux de savoir combien d'hommes ont perdu

    la vie en faisant ce travail dangereux. Un glissement et voilà un billot gros comme

    un hôtel qui dévale vers vous. Une autre question c'est comment ils arrivaient à

    embarquer ces immenses billots sur une plateforme de train.

    Des billots dont on avait creusé l'intérieur devinrent les bureaux mobiles de la

    compagnie (dont on ne mentionne pas le nom ici). Pouvez-vous vous imaginer

    de construire une maison à étages avec ces billots et avoir à les empiler les uns

    sur les autres? Deux étages (des plus gros billots) produiraient un toit de 30 pieds

    de haut. Je me demande combien de temps ça prenait pour creuser de tels billots

    pour en faire une habitation.

    Longtemps avant que quelqu'un ait imaginé les maisons mobiles ou les motorisés,

    des immenses billots creusés étaient aussi utilisés pour loger les équipes de

    travailleurs qui coupaient les arbres.

    Nous sommes habitués à notre confort moderne comme l'électricité et les scies

    à chaînes fonctionnant à la gazoline et ça nous fait un peu frémir de réaliser

    que des gens autrefois devaient faire des tâches monumentales avec leurs mains

    sans toutes nos machines modernes et l'aisance que nous avons de nos jours.

    Souvenez-vous de la photo ci-haut qui montre un immense tronc d'arbre évidé

    et transformé en caravane roulante.

    Partagez cela avec vos amis. Même ceux qui ne vivent pas dans une caravane

    faite de billot aimeront ce petit voyage dans le passé!

     

     

     

    ===================

     

    retour à l'accueil

     

    « Les sculptures de Stravinsky. Du combat au Colonel Fabien. (Anecdotes insolites sur Paris)(39 et 40)Le concours de la photo du mois d'avril. (Communauté "Le concours de la photo du mois.) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    13
    Dimanche 27 Avril 2014 à 23:09

    Ces arbres étaient certainement de Séquoia, vu leur dimensions, il en reste je pense dans certains parcs.  Je ne sais vraiment pas comment ils pouvaient les transporter, les scier en 4 ?

    Bonne soirée Nadia

    Latil 

    12
    Samedi 26 Avril 2014 à 22:53
    erato:

    Un très bel article qui nous montre le travail pénible, difficile , voire dangereux des bucherons. Avec le progrès , on oublie vite les débuts .J'aime beaucoup.La première photo est extraordinaire .


    Douce soirée, bises Nadia

    11
    Samedi 26 Avril 2014 à 22:40
    la guyanaise

    mais quel métier dangereux quand même!


     

    10
    Samedi 26 Avril 2014 à 22:39
    la guyanaise

    une roulotte creusée dans un tronc! cela m'aurait plus et j'aurais aimé voir!


    bisous....

    9
    Samedi 26 Avril 2014 à 22:28

    Waoooooo,incroyable!!!!!!!


    biz

    8
    icioula
    Samedi 26 Avril 2014 à 21:56
    Je te lis avec mon époux et c'est vraiment impressionnant ces photos et ton récit quelle bravoure ..tu ne connais pas le nom de ces géants? Il y a très longtemps nous faisions du caravaning j avais découvert ce mode de vacance avec mon second mari je nous vois dans ce tronc d arbre ! Quelle belle idée de partager avec nous ces captivantes images. Merci Nadia bon WE ti bo
    7
    Samedi 26 Avril 2014 à 20:50

    c'est impressionnant la taille de ces troncs ! Quel travail pénible et dangereux ça devait être !


    bisous et bonne journée

    6
    Samedi 26 Avril 2014 à 19:19

    eh ! oui chère Nadia - c'était une époque où l'effort ne faisait pas peur


    que ces hommes étaient courageux


    en plus, ils risquaient leur vie pour gagner 4 sous et sans indemnités


    amitiés

    5
    Samedi 26 Avril 2014 à 18:40

     oui, quel courage


    mais pour ces grands arbres, quel massacre !


    espérons qu'on ne les coupera pas jusqu'au dernier.

    4
    Samedi 26 Avril 2014 à 17:02

    Bonjour Nadia,


    Oh purée, le tronc de cet arbre est plus gros que 10 hommes ! quel courage ! mais bon, moins d'arbres étaient abattus, maintenant c'est à la chaîne ... Bonne fin de journée, bises, Véronique


    3
    Samedi 26 Avril 2014 à 16:25

    ils étaient courageux ,bon week-end bisous


    2
    Samedi 26 Avril 2014 à 15:17
    J étais loin de penser à cette vie laborieuse
    Rien de facile
    Ces hommes ont fait preuve de bravoure et de courage.
    Bon week-end
    1
    Samedi 26 Avril 2014 à 08:29

    Incroyable ! quel courage ! bonne journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :